FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-07 / NUMÉRO 133   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
EN UNE
Dès la parution de son premier roman en 1975, année de la mort de Franco, Eduardo Mendoza devient le précurseur du postmodernisme espagnol. ... >> lire la suite
 
Questionnaire de Proust à...
André Miquel
Poème d’ici
Tablette grecque par Nouri al-Jarrah
 
Coup de coeur
Poésie
 
Édito par
Quota
M
a dernière discussion avec Samir Kassir, la veille de sa mort, a porté sur la question du quota réservé aux femmes aux élections législatives. Selon lui, quoique discutable, ce mécanisme avait au moins le mérite d’imposer, pendant une phase transitoire, la présence de la gent féminine sur les listes électorales concoctées par des partis machistes, et de la roder à l’exercice de la politique. Dix ans plus tard, alors que le gouvernement actuel se targue de compter en son sein un ministre pour les Affaires de la femme, le Parlement (qui ne compte que quatre femmes) a accouché d’une loi bancale où la question du quota est tout simplement écartée, comme si le classement du Liban au 180e rang (sur 184) dans la liste des pays accordant une place aux femmes au Parlement était une source de fierté nationale. Bien sûr, il y aura toujours des mécontents pour prétendre que la responsabilité de cette carence incombe aux femmes elles-mêmes qui devraient arracher ce droit par la force en se présentant spontanément aux élections, mais cette thèse occulte le fait que nous vivons dans une société patriarcale où la mentalité ne peut pas changer du jour au lendemain, une société à laquelle il faut dicter les règles du jeu pour qu’elle s’habitue à jouer selon les règles. L’exemple du gouvernement Macron ou celui de la plupart des pays scandinaves, où la parité est scrupuleusement respectée, de même que la loi française Copé-Zimmerman qui, à partir de 2017, a imposé la présence de 40% de femmes au moins au sein du conseil d’administration des grandes entreprises, auraient pourtant dû faire réfléchir nos braves députés, si excités à l’idée de proroger leur mandat pour la troisième fois consécutive, au mépris des principes constitutionnels les plus élémentaires, qu’ils n’ont pas trouvé le temps d’accorder à la moitié de notre société le droit de se mêler de politique. À moins que, conscients de leur échec cuisant depuis leur arrivée dans l’hémicycle, ils n’aient redouté de bousculer leurs habitudes de somnolence et de corruption en accueillant en masse au Parlement des femmes capables de révolutionner le système !

2017-07 / NUMÉRO 133