FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-12 / NUMÉRO 150   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Evénement
Distinctions


2018 - 12
Farouk Mardam Bey dans l’Ordre de la Légion d’honneur

C’est le 26 novembre, à l’IMA où il a longtemps travaillé, que l’éditeur et écrivain Farouk Mardam Bey a reçu la Légion d’honneur des mains d’Henry Laurens en présence d’une foule d’amis. Après le mot de Laurens, qui, avec affection et humour, a présenté le récipiendaire, en insistant sur son action à la Bibliothèque des lettres orientales et au sein de la Revue d’études palestiniennes, et sur son bilan exceptionnel aux éditions Sindbad/Aces Sud qui, grâce à lui, ont traduit en français de centaines d’auteurs arabes. Prenant la parole, Farouk Mardam Bey a retracé son parcours et conclu son discours sur une belle réflexion sur l’identité : « Je rends grâce à la succession de hasards qui m’ont fait vivre à la frontière de deux cultures, avec la même passion pour l’une et pour l’autre. Mon plus grand bonheur a toujours été de pouvoir traverser cette frontière en toute liberté, et dans les deux sens. En ce temps où, partout dans le monde, souffle un vent mauvais, où l’on brandit des identités exclusives et meurtrières, me revient souvent à l’esprit ce propos de Mahmoud Darwich dans La Trace du papillon : “L’identité est ce que nous léguons, pas ce qui nous est légué, elle est ce que nous inventons, pas ce dont nous nous souvenons. L’identité est la corruption du miroir que nous devons briser quand notre image nous plaît !”. Né dans une famille dont les origines lointaines remontent du côté paternel à la Bosnie, du côté maternel à la Turquie, je sais au moins que l’identité syrienne et arabe que j’ai héritée de mes parents est elle-même le résultat de multiples croisements. Je l’ai fidèlement assumée et j’ai choisi en outre de mon plein gré d’être français. »
 
Zeina Abirached dans l’Ordre des arts et lettres

Notre collaboratrice Zeina Abirached, qui a à son actif plusieurs albums de BD remarqués, a reçu le 16 novembre 2018 les insignes de chevalier dans l’Ordre des arts et des lettres en présence de nombreux proches et amis. C’est l’académicien Amin Maalouf qui a remis la décoration à la récipiendaire qui a notamment déclaré dans son allocution : « Au-delà du Liban et de la France, j’ai grandi dans le désir du lien avec l’Autre, dans sa différence et sa diversité, et dans la certitude que ce lien se ferait par le biais de l’écriture et cette langue universelle qu’est le dessin. » 
 
 
 
2018-12 / NUMÉRO 150