FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2014-09 / NUMÉRO 99   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Sucré-salé


2012 - 12
Avant, les choses étaient claires : un buffet de cocktail était composé de bouchées salées, puis de bouchées sucrées. Côté salé, on pouvait compter sur les petites boulettes de kebbé, les pizzas et les feuilletés au fromage, à la viande et aux épinards. Il y avait aussi les charmants « paniers surprise » lesquels, sans surprise aucune, vous donnaient le choix entre le pain de mie au jambon, celui au fromage, au poulet ou au rôti. Dans un registre plus chic, des canapés de saumon et de faux caviar (entre nous, assez bon malgré tout) donnaient une note de relative opulence, tandis que des bâtons salés bourratifs et de délicieux petits pains au lait moelleux et régressifs à souhait complétaient ce tableau réconfortant. Côté sucré, les plateaux étaient composés de tartelettes aux fruits dont le plus exotique était la fraise et de « gâteaux soirée » les bien-nommés, éclairs, sablés et mille-feuilles qui ne tardaient pas à disparaître dans une ambiance bon enfant, au milieu des mines réjouies des convives honnêtement rassasiés.

Aujourd’hui, après un concert assommant ou une conférence soporifique, c’est avec soulagement qu’on s’approche du buffet de cocktail artistement dressé. Chic ! du saumon aux câpres, on adore ça. On déchante à la première bouchée : c’est en fait une « mousse d’abricots sauvages aux nectarines confites et au fenouil », nous confie mystérieusement un maître d’hôtel à la mine de conspirateur. On tente une autre bouchée ayant un vague air de sushi. Elle s’avère être du « poulet chocolaté à la feuille d’algue anisée ». Tous les autres mets se présentent en verrines : le taboulé aux lentilles qui craquent sinistrement sous les dents, le hommos aux betteraves étrangement violacé et la purée d’aubergines verdâtre aux courgettes. Pour se remettre de ses émotions, on demande au garçon un whisky bien tassé. Il est désolé : il ne peut nous proposer qu’un jus de goyaves/framboises au gingembre. On décide de se consoler avec un bon vieux jus d’orange. On manque s’étrangler : c’est de la pêche/carotte à la vodka. Enfin, les desserts ! Une crème à la vanille, c’est notre dessert préféré.

Quand on découvre qu’il s’agit en réalité d’une purée végétarienne aux navets, on se dit que les navets, c’est la seule chose de vraie dans ce buffet fusion new-look.
 
 
 
2014-09 / NUMÉRO 99