FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-06 / NUMÉRO 156   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Editorial
La poutre aux yeux


Par Alexandre Najjar
2019 - 03
Nous avons regardé avec lassitude et scepticisme le spectacle de nos députés fustigeant à tour de rôle la corruption à la tribune du Parlement sans se sentir eux-mêmes concernés, sous l’œil amusé du chef du Législatif. Nous avons également assisté à une émission télévisée au cours de laquelle une députée a eu le culot de dénoncer les agissements d’un ministre qui, offusqué, est monté sur ses grands chevaux et s’est empressé de la poursuivre en justice... Dans ces conditions, et tant que nul n’est jamais inquiété, sauf les pauvres gens bien entendu, on est en droit de se demander si la corruption existe vraiment au Liban, s’il ne s’agit pas d’une abstraction, une vue de l’esprit, si elle n’est pas, en fin de compte, une invention diabolique imaginée par la propagande de l’ennemi pour discréditer la classe politique libanaise qui a toujours été au-dessus de tout soupçon. Le dossier de l’électricité ? Fadaises ! La pollution et les carrières anarchiques ? Du vent ! Les caisses pillées et les adjudications truquées ? Sornettes ! Les signes extérieurs de richesse ? Diffamation !

Nos hommes politiques sont propres et purs comme la neige laiteuse qui a donné son nom au Liban. L’opération Mani pulite version Beyrouth fera probablement « pschit » (pour reprendre l’onomatopée chère à Chirac) et n’éclaboussera que les boucs émissaires ou les sous-fifres, puisque les loups, comme chacun sait, ne se mangent pas entre eux.

Que les donneurs de leçons qui prétendent combattre la corruption alors qu’ils sont complètement pourris arrêtent de nous prendre pour des imbéciles et assimilent une fois pour toutes ce fameux verset des Évangiles : « Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère. » Car la coupe est pleine et le peuple à cran !

 
 
 
2019-06 / NUMÉRO 156