FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-12 / NUMÉRO 162   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Editorial
Eunuque


Par Alexandre Najjar
2018 - 09
Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques un harem » écrivait Victor Hugo. Notre pays est désormais pareil à un eunuque : il possède une bibliothèque nationale, dont le chantier remonte à 1999, mais elle ne sert à rien, puisqu’elle est encore inaccessible au public. Cette carence – dont on ne parle jamais parce qu’elle est supplantée, dans la longue liste de nos catastrophes, par d’autres lacunes (absence de gouvernement, crise économique, électricité, ordures...) apparemment plus graves – est d’autant plus inacceptable que le Liban se targue d’avoir inventé l’alphabet et que, selon la formule de Jack Lang, « chaque fois que nous prononçons le mot bibliothèque, nous disons le nom de Byblos, petite ville de la côte libanaise que les Grecs ont identifiée à la matière même du livre »... À l’heure où notre culture stagne et que la lecture auprès des jeunes Libanais régresse de façon alarmante, à un rythme bien plus accéléré qu’en Occident, l’ouverture de cette institution doit constituer une priorité pour le prochain gouvernement. Si cette inauguration s’accompagne d’une campagne nationale de sensibilisation à la lecture, elle pourra rouvrir les yeux de notre population (parents, enseignants, écoliers en tête) sur l’importance du livre dans l’éducation de notre jeunesse – le numérique n’étant pas l’ennemi de la lecture, mais son complément. « Est-ce vraiment vital ? » répliqueront les économistes, un peu à la manière de ce personnage de Sartre qui, dans Le Diable et le bon Dieu, s’interroge naïvement : « Quand ils voulaient du pain, j’arrivais avec le crucifix. Tu crois que ça se mange, le crucifix ? » La réponse est pourtant évidente : un pays ne meurt que quand sa culture disparaît.

 
 
 
2019-12 / NUMÉRO 162