FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-07 / NUMÉRO 157   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
General
Les années Samir Frangié résistent
Deux années se sont écoulées depuis la mort de Samir Frangié, mais sa présence ne cesse d’interpeller comme nom, comme image, comme pensée et voie. La médiocrité d’une scène politique libanaise où la lutte pour le pouvoir et le lucre a radié toute dimension nationale et culturelle n’en est pas la seule raison. Une ferveur, une fidélité, une reconnaissance pour celui qui, avec plus de courage, de sagacité, de permanence assignait les buts et les poursuivait – tout en luttant, les dernières années, contre le plus insidieux des maux – persévèrent ; ce qui n’est, de la part de ceux qui l’ont connu, que droiture.

Par Farès Sassine
2019 - 05
Après La Révolution tranquille, textes choisis (1995-2017) par Michel Hajji Georgiou, publié par L’Orient des livres en 2017, le même éditeur fait paraître une biographie en arabe signée par le plus dévoué des compagnons de route, Mohammad Hussein Chamseddine. L’ouvrage est en fait polyphonique, non seulement parce qu’il est centré sur la parole de Samir (entretiens, enregistrements, manuscrits, textes publiés et inédits…), mais parce que s’y expriment sa famille (les précisions d’Anne, son épouse, sont toujours pertinentes…), ses amis (Mgr Youssef Béchara, initiateur et hôte du Regroupement de Kornet Chehwane, signe une présentation magistrale) et que chacune des parties du livre a été discutée par une cellule ad hoc. Biographie autant qu’autobiographie, prétendant à l’objectivité sans afficher la neutralité, le livre se penche à la fois sur le vécu, les engagements et les idées, d’où sa richesse et son apport à l’histoire libanaise et au monde contemporain.

Le premier chapitre est consacré aux années politiques de Hamid Frangié (1934-1957), ce qui est amplement légitime vu l’importance de cette personnalité historique, son combat pour l’indépendance du Liban, son rôle dans l’évacuation des troupes françaises en 1946 et les accords monétaires, son intégrité, sa sage modération et sa défense opiniâtre du Pacte national contre l’aventurisme chamouniste (années 1950). L’image qu’il laisse pour les divers groupements libanais, toutes confessions confondues, ne cesse d’être reluisante, et il n’est pas étonnant que son fils Samir l’intègre comme « contrôle » et « référence » intérieurs, lui devant ses valeurs, non sa place sur l’échiquier. Mais l’autre gageure de l’ouvrage est à double tranchant : éviter de parler des divisions du clan Frangié après 1957 et l’hémorragie cérébrale de Hamid. C’est toujours indélicat de se glisser dans les divisions d’une famille et les grands combats de Samir n’auraient rien gagné à se perdre dans des sentiers étriqués. Mais la vérité demeure ainsi partielle et bien des choix du protagoniste restent inexpliqués. À sa famille, Samir doit une certaine aura et une « immunité », mais à sa discorde, des déboires et des impasses.

Dans son Voyage au bout de la violence (L’Orient des Livres/Actes Sud, 2012), l’auteur relate sa rencontre précoce avec cette dernière. Il avait 12 ans quand eut lieu la tuerie préélectorale de Miziara où des clans zghortiotes s’affrontèrent ; intracommunautaire, elle préfigura par le « nettoyage » familial des quartiers la guerre du Liban. Mais c’est de retour d’Europe en 1965 et après la découverte des idées de gauche qu’il entama à Zghorta, avec des jeunes d’appartenances variées, des mouvements pour combattre les féodaux et les inégalités. En 1966, il rejoint le parti communiste et le quitte après la défaite de 1967, alors que s’éclosent dans les universités de Beyrouth de nouvelles formations estudiantines (telles les FFE) et que les affinités arabes prennent le pas sur les solidarités internationales. Les « fils de famille » de gauche se montrent les plus audacieux dans les manifs et affrontements, bénéficiant de la protection de leur nom et ascendance. L’effervescence de Mai 68 touche de plein fouet le Liban et l’action de « l’Union des communistes » s’affirme au Sud, à la Békaa, à Mkallès… Samir y est particulièrement engagé (1968-1970) avec des amis dont aucun nom ne nous est caché. Mais après trois ans de militantisme partisan, il se consacre au journalisme et à la vie de famille sans renier ses idées, leur assurant une large audience (1970-1975). Sa carrière le montre particulièrement créatif et innovateur : Fiches du monde arabe, Petro Report…

Les années qui précèdent la guerre de 1975 esquissent l’horreur qui va suivre. La lutte armée incarnée régionalement par la résistance palestinienne et nourrie par la mythologie d’une révolution mondiale s’impose désormais à une jeunesse protestataire en quête d’égalité, de liberté et de justice. Samir confessera plus tard un penchant condamnable à prendre appui sur les organisations palestiniennes pour réaliser les buts, ce qui la rendra un appoint et un poids. Aux premiers mois des combats, il est membre de la direction du Mouvement national libanais comme personnalité indépendante aux côtés de Kamal Joumblatt. Mais son opposition au « camp chrétien » ne l’empêche pas de chercher à se disjoindre des factions en lutte et de s’interroger sur le déferlement de la violence que connaît alors le pays, violence intérieure née de pressions, de peurs, de haines. Le Front des chrétiens indépendants fondé en 1976 condamne les deux camps. Cette tentative intéressante ne tarde pas à appeler son dépassement (1977) : il faut mettre fin à la guerre, pousser les belligérants au dialogue, trouver les points d’accord.
Le courage du compromis, l’unification des mouvements civils et pacifistes qui prolifèrent dans toutes les régions, la reconnaissance de la seule légitimité de l’État, le bannissement de la force dans la confrontation, l’appel à l’imaginaire politique et le déploiement des arguments justes rendent Samir indispensable à la plupart des contacts pour sortir des impasses meurtrières. La confiance qu’il inspire, les amitiés qui l’appuient lui donnent le rôle de soldat connu et inconnu de l’accord de Taëf (octobre 1989) qui met fin à la guerre.

De l’hégémonie syrienne qui prévaut de 1990 à 2005, Samir est un des plus fins lecteurs ; une analyse profonde, équilibrée et juste, nous dit Chamseddine. La « stratégie du salut national » ne peut être trouvée que dans la fin des cloisons artificielles, l’unité des Libanais, la réhabilitation de l’idée d’une Entité nationale aux repères positifs (1920, 1943...) et aux acquis évidents. Un « Congrès permanent du dialogue libanais » est formé. Les amis de tous les cazas et combats successifs accourent. Le pluralisme est assuré dans une absence de hiérarchie, de cloisonnement interne/externe. Le dialogue se renouvelle et les initiatives individuelles et collectives sont encouragées. Des périodiques de qualité forment et informent centre et périphéries. Cette activité et ce réseau ne résorbent pas tout l’effort de Samir et de ses amis : dialogue islamo-chrétien, synode pour le Liban (1995), contribution à mettre en œuvre l’Exhortation apostolique de mai 1997 quant à l’ouverture, le vivre-ensemble et la solidarité arabe, le pardon, l’épuration de la mémoire... Après 2000, le retrait israélien et l’appel des évêques maronites au retrait des forces syriennes du Liban, ce fut le regroupement de Kornet Chehwane (30 avril 2001) et en 2005 l’intifada de l’indépendance. Peu après, la révolution se dévoie et les causes du mal sont dénoncées sans pouvoir être dépassées.

Samir qui ne craint pas de parler de sa maladie a vécu avec elle un quart de siècle. Il a été victime de trois cancers successifs sans rapport l’un avec l’autre : le premier, en 1994, fut facile à guérir ; le second, en 2010, où l’ablation réussie d’une grande tumeur au cerveau a relevé, selon les médecins, du miracle ; le dernier en 2015 a atteint les poumons et le foie. Courageux, entêté, résilient, combattant né ne craignant pas les confrontations, puisant des forces dans la vie et attaché à elle, à la pensée, à l’humour, à la joie... Le dévouement familial et la solidarité des amis lui sont d’un secours permanent mais il ne cesse de se montrer le « plus fort » les réconfortant un à un.

Concernant la foi de Samir dont Mgr Béchara fait la troisième dimension de sa personnalité avec la pensée au service des valeurs et la lutte pour les objectifs politiques et nationaux, laissons la parole au prélat, à la famille. Pour le premier, la face croyante s’est révélée dans la longue lutte contre la maladie qui n’a pu entamer ni le vouloir, ni le moral ni la clairvoyance. Anne, tout en penchant vers cet avis et signalant la dimension «messianique» de la longue épreuve de Samir, note son mutisme sur la question et approuve l’affirmation de sa fille Hala : « La foi religieuse conduit à la foi en l’homme comme l’inverse (...). Si l’une ne conduit pas à l’autre, elle reste incomplète. »

Samir Frangié est l’ennemi de la violence à laquelle il oppose le dialogue où il passe pour un maître chevronné. Mais il lui assigne des buts ascendants qui vont de la construction nationale à l’approfondissement social et humain. Il cherche à en accroître le champ en l’étendant aux printemps arabes, aux rives de la Méditerranée, à la Terre des hommes. Il en approfondit les présupposés pour soutenir que ce ne sont pas les différences qui l’obstruent mais les menaces de leur disparition. Il élève ainsi la communication à un rang philosophique peut-être inconnu.

Tout se passe pour Samir comme si un problème est l’opportunité providentielle de la recherche d’une solution, d’où la tâche toujours reprise et l’optimisme jamais en manque. Sa biographie est un livre de mémoire plurielle non seulement pour les innombrables amis cités mais pour tous ceux qui vivent les années Samir comme des ténèbres épaisses où perce un rayon lumineux. Ces années résistent et continuent. Elles marquent un commun destin.

 

 
Une conférence à l'occasion du lancement du livre aura lieu le mercredi 29 mai à 17h, au Campus de l'innovation et du sport de l'USJ, avec SEM Bruno Foucher, Mgr Youssef Béchara, Pr Salim Daccache, M. Georges Ghanem et M. Mohammad Hussein Chamseddine.
 
 

À paraître :
Zaman Samir Frangié… Sîra (Les années Samir Frangié, une biographie) de Mohammad Hussein Chamseddine, pésentation de Mgr Youssef Béchara, L’Orient des livres, 2019, 324 p.
 
 
D.R.
Samir Frangié est l’ennemi de la violence à laquelle il oppose le dialogue où il passe pour un maître chevronné.
 
2019-07 / NUMÉRO 157