FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-12 / NUMÉRO 150   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Enquête
Les écrivains et le foot
Les écrivains et le foot À l’heure où le Liban tout entier, comme le reste de la planète, suit avec passion – ou hystérie – la Coupe du monde de football, L’Orient Littéraire s’est penché sur les rapports entre ballon rond et littérature. Qui sont les auteurs mordus de foot ? Et pourquoi ce sport les fascine-t-il autant ?

Par Alexandre Najjar
2010 - 07

«Ce que je sais de plus sur la morale et les obligations de l’homme, c’est au football que je le dois. » L’auteur de cette citation n’est ni Platini ni Cristiano Ronaldo, mais… Albert Camus qui fut un passionné de football et pratiqua ce sport pendant son enfance à Alger, au sein du Racing Universitaire Algérois dont il fut le gardien de but : la photo de couverture de son roman posthume Le dernier homme le montre accroupi, coiffé d’un béret, au milieu de ses coéquipiers !

Homère, Shakespeare, Sartre et les autres


Camus n’est pas un cas isolé. Pour Jean Giraudoux, « l’équipe donne à la balle le moteur de onze malices et onze imaginations » ; pour André Maurois, « une belle partie, c’est de l’intelligence en mouvement. Bien plus, c’est de l’intelligence incarnée ». Plus énigmatique, Jean-Paul Sartre affirme : « Au football, tout est compliqué par la présence de l’équipe adverse. » Plus poétique, Henry de Montherlant a composé une ode à la gloire de « L’ailier » :

« Il a conquis le ballon et seul, sans se presser, il descend vers le but adverse.
Ô majesté légère, comme s’il courait dans l’ombre d’un dieu !...
Et ses pieds sont intelligents, et ses genoux sont intelligents. Magnifique est la gravité dure de ce jeune visage… »

Dans la foulée, plusieurs autres écrivains ont consacré des textes au ballon rond ou pris le monde du football pour décor : Drieu la Rochelle, Paul Vialar, Denis de Rougemont, Rachid Boudjedra ( Le vainqueur de coupe chez Folio), Antoine Blondin, Christophe Donner (auteur chez Grasset d’un roman sur son oncle, l’arbitre Joël Quinion), Peter Handke (L’angoisse du gardien de but au moment du penalty, chez Folio), François Bégaudeau (Jouer juste chez Verticales, 2003), Blaise Cendrars, Vladimir Nabokov, Rainer Maria Rilke, Léon-Paul Fargue, John King (Football factory, Seuil 2006), sans oublier le Britannique Nick Hornby, fervent supporter d’Arsenal et auteur du fameux Fever Pitch (Carton jaune, Plon, 1998 et en poche chez 10/18) qui déclare sans ambages : « I fell in love with football as I was later to fall in love with women : suddenly, inexplicably, uncritically, giving no thought to the pain or disruption it would bring with it. »
Seuls Umberto Eco, George Orwell et Frédéric Dard, cités par Patrick Delbourg et Benoît Heimermann dans Plume et crampons, Football et littérature (La Table ronde, coll. La Petite Vermillon, 2006), ont proclamé haut et fort leur haine de ce sport, considéré comme un autre « moyen de faire la guerre » au milieu de « rugissements de spectateurs en furie »…

Ce phénomène n’est pas nouveau : dans L’Odyssée (Chants VI et VIII), Homère atteste que les Phéaciens jouaient à la balle. Le poète Ronsard lui-même pratiquait la «  soule », une balle remplie de foin ou de son. « Et bondir par les près l’enflure des ballons », lit-on dans l’un de ses poèmes. Aussi la Grande-Bretagne médiévale où les jeux de balle étaient fréquents mais mal vus en raison de leur brutalité a-t-elle inspiré à Shakespeare ce vers tiré du Roi Lear : « You, base football player ! » (« Toi, vil footballeur ! »)

Fous de foot


Comment expliquer l’engouement de ces hommes de lettres pour un sport en apparence ringard ou barbare, qui met en scène vingt-deux joueurs en petite tenue qui gambadent sur la pelouse pour se disputer un misérable ballon ? Le football est à l’image de la vie. La chance y joue un rôle déterminant : c’est d’ailleurs le seul sport où l’on marque contre son camp ! Il a sa philosophie propre : c’est une école de ténacité, d’espoir, de loyauté et de solidarité. C’est, pour reprendre la formule de Didier Tronchet, auteur d’un excellent livre intitulé Petit traité de footballistique (Albin Michel), « une allégorie humaniste ». Le football représente également pour l’intellectuel une source d’émotions, un défoulement, et, pour l’artiste, un spectacle poétique et baroque !

Grand supporter des Verts de Saint-Étienne, Bernard Pivot, va encore plus loin dans la parenté football-écriture : « Il y a dans l’action d’envoyer le ballon entre une barre et deux poteaux, dans la précision et l’efficacité implacable du geste et de son résultat, quelque parenté avec ce qu’il y a aussi de voulu, d’organisé, de maîtrisé, d’explicite et de souverain dans l’acte d’écrire… »

En 1998, le romancier Daniel Picouly a eu la géniale idée d’inviter une « équipe » d’écrivains férus de football à écrire un texte sur leur sport favori. Le résultat, intitulé Y a pas péno  (Flammarion) et sous-titré : Fous de foot, est édifiant : Tonino Benacquista, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Claude Izzo, Philippe Labro, Dominique Noguez (auteur, depuis, de La véritable histoire du football et autres révélations chez Gallimard), Vincent Ravalec, Denis Tillinac, Didier Van Cauwelaert et Bernard Weber ont ainsi raconté des histoires vécues ou imaginaires ayant pour sujet le ballon rond. À la lecture de ces récits, l’on constate que chez les adultes, le football est surtout une question de nostalgie puisqu’il les renvoie à leur enfance et aux parties disputées sur un terrain vague ou dans la cour d’école : «  J’ai passé l’âge des grandes illusions, en tout cas celles qui me consentaient un destin de champion, avoue Tillinac. Je n’aurais été qu’un footballeur d’envergure départementale… Je ne m’en consolerai jamais tout à fait. Mais peu importe puisque chaque soir de chaque été, au village, avec mes fils et leurs copains, je dispute à mon niveau des matchs homériques dont l’enjeu symbolique est vital : mon maintien dans la première division de la jeunesse… »

En Amérique latine, onze dramaturges ont récemment formé une équipe de football qui a suscité l’intérêt de tous les médias. Après nos politiciens qui ont disputé à la Cité sportive un match cocasse qui cartonne sur Youtube, il serait bon que nos écrivains s’y mettent à leur tour !

 
 
 
2018-12 / NUMÉRO 150