FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-12 / NUMÉRO 162   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Essai
Sortir de la masculinité dominatrice


Par Nadia Leïla Aïssaoui
2019 - 10


Il est rare qu’un écrivain explore la masculinité à partir d’une remise en question personnelle, nourrie d’une conviction qu’une injustice historique est faite aux femmes. Le plus souvent, les analyses relatives aux « causes féministes » émanent de chercheuses engagées et concernées par les discriminations. Cette fois c’est un homme, Ivan Jablonka, qui déconstruit dans son nouvel ouvrage Des hommes justes les représentations liées au masculin et porte un regard très critique sur le modèle dominant. Il soutient la possibilité d’en sortir en adoptant d’autres. « Il y a mille et une façon d’être un homme (…). On peut concevoir un homme féministe (…), que la violence et la misogynie révulsent, (…) qui abandonne les rôles qu’on lui a fait endosser, un homme sans l’autorité, l’arrogance, le privilège, la prétention de représenter l’humanité tout entière. »

Patriarcat et luttes des femmes
Les quatre parties qui constituent le livre témoignent d’un travail de recherche conséquent. Elles donnent la mesure de l’ampleur de la domination masculine depuis le paléolithique. 

La première partie évoque la formation des sociétés patriarcales et l’affirmation de la toute-puissance masculine traversant les différentes civilisations. La division sexuée des tâches et des espaces, obéissant dans un premier temps à des contraintes objectives (chasse d’un côté, enfantement et élevage de l’autre) s’est peu à peu transformée (surtout avec l’avènement de la notion de propriété privée) en contrôle du corps des femmes. Ce dernier a été assigné à la reproduction puis à l’alimentation des enfants. Le tout avec un regard sur la virginité et la monogamie pour garantir la pureté de la filiation, et donc la transmission du capital.

Ce n’est que vers la fin du XVIIIe siècle, soit quelque 6000 ans après la naissance des civilisations, que la question de l’émancipation des femmes a commencé à se poser. 

La seconde partie met en lumière les actrices et acteurs du féminisme et les repères historiques ponctuant leur résistance. Certains moments ont été plus propices que d’autres à des avancées, à la fois dans la prise de conscience mais aussi dans la pensée. Si l’instruction a été un point fondamental, elle a cependant été longtemps réservée aux femmes appartenant à l’élite. L’industrialisation et la sortie des femmes de leurs foyers ont plus tard favorisé une organisation collective des luttes. Elles ont permis aux ouvrières d’engendrer en partie le féminisme du XIXe siècle aux États-Unis et en France, et puis au XXe en Égypte, en Inde, au Japon et en Chine. 

Les différentes vagues du féminisme ont par la suite réussi à arracher des droits civiques et politiques et des chartes internationales. Mais ce sont les avancées scientifiques et le contrôle de la fécondité qui ont marqué un tournant dans l’histoire du patriarcat. Désormais, le corps des femmes peut échapper à l’unique destinée reproductrice, et cette possibilité creuse une faille dans la conception-même de la masculinité. Il en résultera des conséquences au niveau sociétal, amplement détaillées dans la troisième partie du livre.

Les nouvelles masculinités féministes
Si la lutte pour l’émancipation des femmes est encore longue, l’auteur considère qu’elle ne doit plus être à leur charge seules. Le système patriarcal étant tellement puissant, elle serait à terme épuisante voire perdue sans l’engagement des hommes. « Ce n’est plus aux femmes de se remettre en cause, de se torturer sur leur choix de vie, de se justifier à tout instant, de s’épuiser à concilier travail, maternité, vie de famille et loisirs. C’est aux hommes de rattraper leur retard (…). À eux de s’interroger sur le masculin, sans souscrire à la mythologie du héros des temps modernes qui mérite une médaille parce qu’il a programmé le lave-linge. » C’est au prix de ce changement de paradigme et du renoncement aux privilèges de la domination qu’il serait possible de sortir de la masculinité toxique. Et c’est aussi en adoptant le féminisme qu’il serait également possible d’en finir avec la « tyrannie de la virilité ». Une tyrannie inculquée par une « dureté éducative et sociale » des garçons et une injonction à la docilité des filles. 

Inventer des masculinités de non-domination est donc possible, à condition de définir ses modèles par rapports aux droits des femmes. C’est le chemin à parcourir pour faire régner une culture de liberté et de consentement de laquelle la violence (y compris sexuelle) serait éradiquée. Certains hommes ont fait une partie de ce chemin, de Condorcet à Kacem Amin, et de John S. Mills à Tahar Haddad. Tous ont manifesté un féminisme engagé pour différentes raisons : un lien précieux avec une femme, une empathie au vu de l’oppression, ou un désir de modernisme. Toutefois, leur tendance est restée minoritaire et mériterait d’être grossie, comme le propose la quatrième partie de l’ouvrage. 

Véritable « essai de sciences sociales et manifeste politique », ce livre vient à point nommé pour ouvrir aux hommes qui le désirent, un horizon inscrit dans l’égalité et le respect.

 
 
 BIBLIOGRAPHIE 
Des Hommes justes d’Ivan Jablonka, Seuil, 2019, 439 p.

 
 
 
© Hermance Triay
C'est le contrôle de la fécondité qui a marqué un tournant dans l’histoire du patriarcat.
 
2019-12 / NUMÉRO 162