FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Questionnaire de Proust à...
2020-02-06

Salma Kojok est romancière. Née en Côte d’Ivoire en 1971, elle vit aujourd’hui entre le Liban et la France. Ses romans La Maison d’Afrique et Le Dérisoire tremblement des femmes – qui a reçu la mention spéciale du jury du Prix Phénix de littérature – explorent les liens entre l’exil, le langage et la domination. 

 

Quel est le principal trait de votre caractère ?

La patience.

 

Votre qualité préférée chez un homme ?

La bienveillance.

 

Qu'appréciez-vous le plus chez vos amis ?

Leur présence aimante et leur capacité à remettre en cause les systèmes établis.

 

Votre principal défaut ? 

Je suis maladroite avec les objets.

 

Votre occupation préférée ? 

Flâner, lire, écrire.

 

Votre rêve de bonheur ? 

Ce que je vis en ce moment.

 

Quel serait votre plus grand malheur ? 

Ne plus voir.

 

Le pays où vous désireriez vivre ? 

Un pays sans frontières.

 

Votre couleur préférée ? 

Le rouge aujourd’hui, demain ce sera une autre couleur.

 

La fleur que vous aimez ? 

La toute petite pâquerette cachée dans les buissons. Elle pousse les passant(e)s à se pencher et prendre le temps de la regarder. 

 

L'oiseau que vous préférez ? 

Les oiseaux migrateurs.

 

Vos auteurs favoris en prose ?

Anne-Marie Garat, Marie-Hélène Lafon, Chimananda Ngozi Adichie, Cathie Barreau, Didier Eribon, Charif Majdalani, Sylvie Germain, Marguerite Duras, Richard Millet, Gauz, Annie Ernaux et tant d’autres…

 

Vos poètes préférés ?

Fernando Pessoa, René Char, Birago Diop, Mahmoud Darwich, Aimé Césaire, Vénus Khoury-Ghata…

 

Vos héros dans la fiction ? 

Les vies minuscules.

 

Vos compositeurs préférés ? 

Ceux qui donnent envie d’aimer la vie encore plus fort.

 

Vos peintres favoris ?

Ceux qui (ré)interprètent la lumière.

 

Ce que vous détestez par-dessus tout ? 

La violence des pouvoirs.

 

Le fait militaire que vous admirez le plus ? 

Je ne peux pas admirer un fait militaire qui, dans son principe même, est violent, destructeur et déshumanisant.

 

L'état présent de votre esprit ? 

Un mélange de joie enfantine et de pensées sérieuses.

 

Comment aimeriez-vous mourir ? 

Dans la sérénité de la traversée.

 

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ? 

M’envoler.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence ? 

Le mot « faute » est trop accusateur. 

 
 
© D.R.
 
2020-02 / NUMÉRO 164