FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2015-01 / NUMÉRO 103   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
La photo du mois
Albedo relie création et handicap
2015-01-08
 
 
Du 3 au 8 décembre, entre la Villa Paradisio, la galerie Station Beirut et la grotte de Jeita, s'est tenu le festival organisé par la platforme créative Albedo. Il a réuni des artistes, des architectes, des scientifiques du Liban et d'ailleurs autour du thème du handicap au sens large (handicap de naissance, par accident, suite à des guerres, handicap social imposé par les contraintes culturelles et religieuses, handicap choisi comme celui de ne jouer d'un instrument que d'une main...). Sous la direction de Ghada Waked, le festival a permis la rencontre entre nombre de créateurs, d'étudiants et un public étoffé lors de spectacles, d'ateliers, de performances, de lectures, de projections (dont Santa Sangre d'Alejandro Jodorowski), une installation sonore de Thomas Gerwin (toujours audible à la grotte de Jeita) et d'expositions en tout genre. Une centaine d'étudiants de l'USEK et de l'ALBA ont pu participer à une expérience intitulée “what if?” dans laquelle ils ont pu vivre eux-mêmes une journée sous la contrainte d'un handicap et en tester les conséquences dans la vie quotidienne. Parmi les multiples événements, on retiendra en particulier l'exposition d'Evgen Bavcar, un photographe aveugle. Né en 1946 en Slovénie, il perd graduellement la vue suite à un accident dès l’âge de 11 ans. Après un temps d’adaptation, il poursuit brillamment sa scolarité entouré d’élèves « normaux » qu’il ne voit plus. En 1972, il commence une thèse de doctorat à la Sorbonne en philosophie de l’esthétique. Diplômé en 1976, il débute sa carrière de chercheur au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS). Au cours des années 80, il développe sa pratique photographique en parallèle à ses travaux sur l’esthétique et finit par devenir le photographe officiel du Mois de la photographie à Paris en 1988. En 1992 paraît son autobiographie, Le voyeur absolu (Seuil). Aujourd’hui, Evgen Bavcar poursuit sont travail d’écriture et de photographie autour de ses thèmes de prédilection : le visible et l’invisible, le statut de l’icône dans un monde saturé d’images, les liens entre les mots et les images, la photographie conceptuelle… Il a aussi exposé ses images aux quatre coins du monde et on ne compte pas ses nombreuses publications. Comme le montre la vie et le travail d'Evgen Bavcar, preuve que l'on peut surmonter un handicap dans une approche extrêmement créative, le festival Albedo a permis de souligner cette relation complexe entre un corps et des sens contrariés d'un côté et la créativité, la beauté et l'ingéniosité de l'autre, sans pour autant oublier les trop nombreux exclus de la société, rejetés ou mis de côté en raison de leur handicap. L'ensemble du programme du festival est visible sur le site www.albedo-platform.com. A. M.
 
2015-01 / NUMÉRO 103