FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-11 / NUMÉRO 161   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Hommage
Adieu à Soljenitsyne


2008 - 08
Décédé le 3 août à son domicile moscovite, Alexandre Soljenistyne aura marqué le siècle dernier d’une empreinte indélébile. Né à Kislovodsk le 11 décembre 1918, il se bat comme artilleur lors de l’invasion allemande de 1941 et est condamné en 1945 à 8 ans de prison dans les camps de travail pour délit d’opinion et pour avoir critiqué Staline. À sa sortie du camp, il est envoyé en exil au Kazakhstan. Réhabilité en 1956, il s’installe à Riazan où il enseigne les sciences physiques et commence à écrire et à publier malgré les vexations que lui inflige le régime soviétique. Son premier ouvrage Une journée d’Ivan Denissovitch lui offre une renommée internationale. Il sera bientôt suivi de plusieurs romans et essais dont Le Premier cercle, Le Pavillon des cancéreux, La Roue rouge et le fameux Archipel du Goulag (paru en 1973 à Paris en version russe) où il expose le système concentrationnaire soviétique du goulag qu’il a vécu de l’intérieur. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1970, il est néanmoins déchu de sa citoyenneté et expulsé de son pays en février 1974. Il s’installe alors en Suisse, puis aux États-Unis, avant de rentrer chez lui en 1994. Auteur engagé, parfois controversé, Soljenitsyne aura été le symbole de la résistance intellectuelle contre l’oppression soviétique.
 
 
 
2019-11 / NUMÉRO 161