FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Une histoire d’enfance


2016 - 02
C’est aujourd’hui un grand jeune homme. Un cadre brillant dans la finance qui gère des programmes informatiques redoutablement complexes, hante les salles de marchés, côtoie des traders de toutes nationalités et négocie en un clic de souris des contrats pour des montants mirobolants.

Il a sa vie ailleurs, dans les capitales européennes du monde des affaires, habite un loft dernier cri au décor industriel minimaliste avec des tableaux monochromes de nouveaux peintres hongrois. Pour ses voyages, rien que des destinations improbables comme les montagnes polaires du Kirghizstan, le désert de Gobi ou les plaines du Bhoutan où il troque le costume trois pièces siglé des urban chic pour un streetwear de bobo désinvolte. Bien sûr, il ne mange que bio et picore avec ses amis une cuisine fusion tendance, quand il ne dîne pas dans le dernier restaurant français étoilé.

Un tantinet hautain, il abhorre les blagues racistes et Donald Trump et professe un respect scrupuleux du politiquement correct, puisé dans la lecture quotidienne sur tablette du Monde et du Financial Times, n’hésitant pas à défendre haut et fort ses idées libérales de gauche/droite.

Mais quand il arrive sans crier gare chez ses parents au vieux pays, ses pas de grand garçon font vibrer le sol parcheminé et son apparition rend soudain le décor plus petit et plus vieillot. Il embrasse sa vieille nounou, mange avec appétit un grand plat régressif de macaronis au lait, comme on dit ici, et rentre aussitôt dans sa chambre d’enfant. 

Et là, avec ses grands pieds qui dépassent de son lit trop petit, il dort, dort, à poings fermés.
 
 
D.R.
 
2020-04 / NUMÉRO 166