FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Travelling Paradiso


2015 - 03
Tant que vous êtes à Beyrouth, tout se passe merveilleusement bien. Certes l’aéroport, malgré des efforts louables, ne sent toujours pas la rose… C’est même là la preuve que vous êtes toujours at home, en quelque sorte, un signe de reconnaissance… Mais enfin, il y a plein de gentils porteurs qui se jettent sur votre valise comme des affamés et vous demandent systématiquement si vous voyagez en business class. Au début, cela vous faisait plaisir. Ah! Ah! C’est que vous deviez avoir l’air classieux ! Depuis quelque temps, vous avez des doutes. Et si en fait vous faisiez mémère bourrée aux as ?

D’un naturel optimiste, vous abandonnez ces idées déprimantes et courez derrière le porteur à « connections » qui passe les contrôles à une vitesse inouïe avec, en guise de laisser-passer, une blague goguenarde à l’adresse du contrôleur somnolent qui fait semblant de contrôler.

Dans la file d’attente, votre ange gardien, grâce à un clin d’œil salace à l’employée boudinée dans un costume trop petit pour elle, joue des coudes et passe en premier. Au fait, avez-vous remarqué comme moi que toutes les hôtesses de notre chère compagnie du Cèdre étouffent dans des costumes trop petits pour elles qui leur scient les fesses ? Vous méditez sur les raisons de cet état de choses… Ces pauvres filles, malgré leurs sourires mielleux, sont-elles en fait mortes d’angoisse à l’idée de voler à des milliers de pieds au-dessus du sol et, pour calmer leur peur, avalent goulûment en douce trois petits déjeuners sous cellophane à la suite ? Ou couturier malhabile choisi parce qu’il est le petit-cousin de la tante de la préposée aux achats ? Ou encore machination sordide destinée à gagner des sous, toujours des sous, sur le tissu des costumes ? Nouveau scandale en perspective, encore un…

Vous abandonnez ces conjectures passionnantes pour regarder la balance sur laquelle vlan ! votre porteur complice vient de lancer votre valise. 24kgs 900grs ! Vous n’en croyez pas vos yeux ! Vous qui pensiez n’avoir emporté que le strict nécessaire… L’employée vous sourit quand même et vous délivre le précieux ticket de bagage, du genre « entre femmes, on se comprend ».

Enfin délivrée, vous allez, de ce pas, dépenser au Duty free plein de sous pour des choses que vous trouvez au même prix tout près de chez vous. 

Faut être à la hauteur de sa classe ! Business class Madame ?
 
 
D.R.
 
2020-04 / NUMÉRO 166