FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
À la recherche du temps perdu…


2013 - 05
Dans cette salle d’attente bondée, la dame d’en face piaffe d’impatience. Impitoyable, vous la détaillez : avec ses cheveux d’un vilain blond verdâtre, sa bouche refaite qui lui donne une moue perpétuellement dégoûtée et les multiples rides qui lui parsèment le visage et le cou, la pauvre n’est vraiment pas belle à voir. Elle a dû être mince, elle n’est plus que sèche. Pire encore, elle est habillée en ado, l’acné en moins : jeans serré, petit haut lamé et baskets rouges. Pathétique, je vous dis.

Alors qu’elle harcèle encore et encore la pauvre secrétaire débordée qui ne sait plus où donner de la tête, elle vous regarde soudain fixement. L’instant d’après, elle pousse un cri de joie et se jette dans vos bras, vous étouffant de baisers fortement parfumés. Comment, vous ne l’avez pas reconnue ? Quelle mauvaise mémoire quand même ! Mais c’est Mimi ! Mimi Abou-Machin, votre amie de classe, votre camarade d’autocar avec laquelle vous avez révisé toutes vos leçons d’histoire-géo, celle avec laquelle vous faisiez les quatre cents coups et rendiez folle paraît-il la mère supérieure de votre vénérable collège !

Vous êtes consternée. C’est vrai que vous ne l’aviez pas revue depuis la classe de 7e, mais ÇA NE PEUT PAS ÊTRE MIMI. Il y a erreur sur la personne. Vous aviez quitté une petite brune boulotte avec deux grosses nattes brunes, une rigolote toujours prête à vous réciter vos poésies et à partager les tartines délicieuses que lui préparait sa grand-mère. Cette vieille blondasse aigrie, ce n’est pas elle.

Toute excitée, elle vous demande votre numéro de téléphone. Si, si, on va se revoir. Déjeuner ensemble, parler du bon vieux temps, de la fois où vous avez jeté un flacon d’encre sur la prof d’anglais et improvisé une séance de bronzage dans la cour de récré sous les yeux furibonds de la surveillante, comment elle s’appelait déjà ?

Vous savez déjà que vous n’en ferez rien. Vous griffonnez quand même mollement votre numéro et promettez tout ce qu’on veut.

Votre seule consolation, c’est que elle, elle vous a reconnue. Sauf si, comme vous, elle joue le jeu.
 
 
D.R.
 
2020-04 / NUMÉRO 166