FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-10 / NUMÉRO 160   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Poésie
Les ovnis poétiques de Justyna Bargielska

La poète polonaise Justyna Bargielska organise dans son écriture des rencontres inouïes entre imageries transformées à partir de mythes, publicités, fables, faits divers, arts plastiques, souvenirs personnels. De son ton qui échappe à l’usuel surgit une poésie radicale !



Par Ritta Baddoura
2019 - 07

C’est la première fois que l’écriture poétique de Justyna Bargielsa, poète et romancière polonaise née en 1977, peut être lue en français. Ses ouvrages ont été nominés à de prestigieux prix littéraires dans son pays, et distingués notamment par le prix R.M. Rilke en 2001 et par le prix de Gdynia en 2010 et 2011. La poésie de Bargielska n’a rien de consensuel ou d’attendu. Elle rôde puis s’installe en empruntant à l’inhabituel.

 

La Rio Negra « (…) Certaines écrivent des vers du type ‘ça m’allume d’être si maigre’,/ d’autres du type ‘je suis plutôt grosse, mais j’allume les autres’./Moi j’écris des vers du type ‘ça m’allume de ne pas être du tout’. »

 

Si à première vue le corps, en ses organes et fonctions, semble caractériser la poésie de Justyna Bargielska, une relecture attentive suggère également l’ascendant du cérébral dans ses visions poétiques, tant via ses productions conceptuelles ou fantasmatiques. C’est comme si la médiation de l’intellect inscrite poétiquement rendait la corporéité – même lorsque fragmentée, abimée, effractée, dépecée – à nouveau possible et en trouvait les accès. Comme si la part explicite des mots et de leurs images, véhiculée par un humour noir et un sens original de l’absurde, pouvait ainsi approcher la chair émue, la violence du ressenti.

 

700e anniversaire de l’aéroport de Lodz « Le moment de l’aventure est venu, dit le roi. J’ai longuement réfléchi et décidé d’épouser la princesse/ bien qu’elle soit faite de corde, et peut-être justement pour cela./ Il y a des représentations entières dans lesquelles ne jouent/ à vrai dire que des cordes. Ce sont les cordes qui jouent dans la plupart/ des représentations/ et elles jouent sans aucun doute dans cette dernière./ Vous vous rappelez le poème, demande la princesse,/ où je m’enroule autour des chiottes comme une Skoda autour d’un arbre,/ et ensuite ils m’amputent du haut et du bas, il ne reste que la ceinture ?/ C’était l’un de ces arbres que l’on voit depuis le cosmos. »

 

Il est question dans les poèmes de Justyna Bargielska du corps de la femme et de ses choix : sexualité, maternité, solitude, violence, amour et mort. Et pourtant ce n’est pas ce qui demeure dans le souvenir, après l’avoir lue. Reste sa pensée profondément atypique et radicale, difficilement descriptible. Souvent, c’est dans la dynamique de la rencontre entre le titre et le corpus que surgissent ses poèmes. Il y aurait chez Bargielska comme une quête absolue d’émancipation.

 

Je parle de « Donc tu te demandes si je vais partir en vacances ?/ Fort comme un chêne mon fils tète mon sein dans lequel il y a encore du lait,/ et tu n’y peux rien. Personne n’y peut rien,/ tant que mon fils est là il y a du lait. Et le lait sera là/ quand toi tu ne seras plus nulle part./ Tu ne seras plus nulle part et moi je partirai en vacances/ et je lirai un livre sur les lapins/ dans lequel ces lapins et d’autres lapins/ écriront des poèmes de lapin, lutteront pour la préservation des lapins,/ auront une vie sexuelle de lapins./ Puis je reposerai le livre et sauterai/ dans l’eau/ qui deviendra blanche comme une fourrure de lapin. »

 

Le désir d’émancipation dans les poèmes de Bargielska va au-delà des notions de genre, de code, de culture ou d’époque, même si les champs lexicaux de sa poésie, très hétéroclites dans leurs références, sont bien contemporains. Cette quête prend racine dans l’enfance détournée par l’obscur et le cruel. Justyna Bargielska a une voix reconnaissable par sa fantaisie nimbée de folie, tout en échappant au dessein apparent, qu’elle s’est, pour elle-même, esquissé. Au cœur du paradoxe entre liberté et captivité fondamentales, chacun de ses poèmes est un petit ovni de la pensée.

 

BIBLIOGRAPHIE 

Nudelman de Justyna Bargielska, traduit du polonais et introduction par Isabelle Macor, éditions Lanskine, 2019, 72 p. 

 
 
© Anna Bedyńska
 
2019-10 / NUMÉRO 160