FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Questionnaire de Proust à...
2006-09-07
l Quel est le principal trait de votre caractère ?
La lucidité, mâtinée d’un peu d’humour pour ne pas sombrer dans le désespoir. À la fin de son Enquête, Hérodote met dans la bouche d’un noble perse la phrase suivante : « La pire douleur qu’il y ait au monde, c’est bien d’y voir clair et de ne rien pouvoir y faire. » Et l’humour, comme on le sait, est la politesse du désespoir.
l Votre principal défaut?
L’intransigeance, qui entre en conflit avec la lucidité.
l Votre qualité préférée chez une femme?
Le courage, pour me supporter.
l Qu’appréciez-vous le plus chez vos amis?
Le bon sens, pour modérer mon intransigeance.
l Votre occupation préférée?
La recherche de situations propices à l’observation.
l Votre rêve de bonheur?
Me satisfaire de peu, atteindre au contentement.
l Quel serait votre plus grand malheur?
Que le mal me rattrape avant la mort, car le mal court après nous plus vite que la mort.
l Ce que vous voudriez être?
Un honnête homme.
l Le pays où vous désireriez vivre?
L’Angleterre avant Thatcher et Blair, et aujourd’hui toute société qui ferait de la tempérance la première des vertus.
l Votre couleur préférée?
Toutes les couleurs de la nature, en ce qu’elles se marient toujours harmonieusement.
l La fleur que vous aimez?
La rose, et plus particulièrement « Cuisse de nymphe émue. »
l L’oiseau que vous préférez?
L’oisillon que j’ai recueilli mourant et que je n’ai pu sauver.
l Vos auteurs favoris en prose?
Tolstoï, Dostoïevski, Sàndor Marài, Vassili Grossman, Somerset Maugham, en cela qu’ils touchent, par-delà la psychologie, à la nature même de l’homme.
l Vos poètes préférés?
Homère, dont l’œuvre épique encapsule toute l’histoire de l’humanité, passé, présent et avenir, et Shakespeare, qui l’a si merveilleusement déclinée.
l Vos héros dans la fiction?
Hector, dans l’Iliade, parce qu’il fait très exactement ce que sa fonction de héros tragique lui dicte de faire, ni plus ni moins. Sans en rajouter, et sans plus chercher à se dérober à son destin.
l Votre héroïne dans la fiction?
Pénélope, dans l’Odyssée, pour son courage et sa dignité, et aussi pour son immense capacité à gérer la crise suscitée par l’absence prolongée d’Ulysse.
l Vos compositeurs préférés?
Bach, parce que sa musique épurée permet d’espérer qu’il y aurait quelque ordre dans tout ce désordre.
l Vos peintres favoris?
Turner, pour sa lumière et sa constante modernité.
l Vos héros dans la vie réelle?
Par ordre chronologique, le roi de Sparte Léonidas pour sa parfaite virilité, Socrate pour sa parfaite intégrité, Jésus de Nazareth pour sa parfaite humanité, et Krishnamurti pour sa parfaite liberté.
l Vos prénoms favoris ?
Adam et Ève.
l Ce que vous détestez par-dessus tout?
L’avidité. Avidité de richesses, de pouvoir, de gloire, de conquêtes, de succès, de reconnaissance, d’affection, de tendresse, de caresses, de science, même. Avidité de tout et de n’importe quoi.
l Le fait militaire que vous admirez le plus ?
La remarquable victoire d’Hannibal face à des légions romaines largement supérieures en nombre, à la bataille de Cannes, dans le sud-est de l’Italie, en 216 avant Jésus-Christ.
l La réforme que vous estimez le plus ?
Le décret de Lycurgue, le grand législateur de Sparte, interdisant formellement de mettre ses lois par écrit, les prescriptions les plus importantes pour assurer le bonheur et la vertu à une cité devant être, à son avis, solidement enracinées dans les mœurs et l’éducation des citoyens. À ce propos, avez-vous remarqué que les résolutions de l’ONU se sont exponentiellement multipliées ces dernières années ? Nous sommes passés d’une moyenne de dix résolutions par an, entre 1946 et 1986, à cent résolutions annuelles depuis. Dix fois plus. Preuve, s’il en faut, que moins le consensus existe dans ce monde, et plus on légifère et on couche des dogmes par écrit.
l L’état présent de votre esprit?
Réceptif.
l Comment aimeriez-vous mourir?
Debout de préférence, et après m’être assuré qu’il n’y a pas de trou dans mes chaussettes. Mais en tout état de cause, chaussettes trouées ou pas, mourir en étant parfaitement conscient de ma mort.
l Le don de la nature que vous aimeriez avoir?
Celui de l’intelligibilité : de l’intelligence avec autrui.
l Les fautes qui vous inspirent le plus d’indulgence?
Les fautes de goût, de grammaire et d’orthographe, parce qu’elles relèvent des données de savoir, lesquelles importent si peu, finalement.
l Votre devise?
Une situation peut être désespérée, elle n’est jamais grave.
 
 
© D.R.
 
2020-04 / NUMÉRO 166