FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-12 / NUMÉRO 162   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le livre de chevet de...
Président Michel Sleiman
2014-03-06
Lire c’est pour moi plus qu’une façon d’être. Car entre être et exister, je choisis : s’imposer. Ainsi de livres littéraires, autobiographiques, professionnels..., je me suis édifié une identité de communion avec des idéaux, des mots et leur autorité.

D’évidence, mes premières lectures furent celles d’auteurs libanais, promoteurs de systèmes de devenir. Je pense à l’inépuisable impact que laissa Gibran partout dans le monde, des accros du classicisme aux fans des Beatles reprenant avec Julia son fameux : « vos fils ne sont pas à vous… » 

À l’heure actuelle, je garde à mon chevet l’appel d’un Résistant : Indignez-vous !. Se tenant au diapason d’une époque dédiée aux spectacles de la superficialité ou de l’indifférence, Stéphane Hessel, ce lutteur y prit à témoin l’engagement, jusqu’à sa mort à 95 ans : « Prenez le relais, indignez-vous ! » Transcendant les clivages, son cri est programme d’Espérance qui libère : « L’espérance de la non-violence. C’est le chemin que nous devons apprendre à suivre. »

Son moteur : la Déclaration universelle des droits de l’Homme dont Charles Malek fut rapporteur de la commission de rédaction, « présenté comme la force motrice ». Un moteur de défi : « quand le gouvernement d’Israël occupe les territoires palestiniens, il le fait en violation des principes énoncés par les Nations unies (…). Il enfreint le droit. Et il doit être critiqué pour ça, comme on le ferait de tout autre État qui agit ainsi. Israël n’est pas au-delà du droit international. »

« La lecture pour s’imposer », ai-je dit ? Quelle audace pour les jeunes ! Pris dans les pièges du clientélisme politique et de l’atavisme de chefferies traditionnelles qui les offusquent en entravant la confirmation d’eux-mêmes et la réalisation de leurs ambitions, jeunes libanais, cet « Indignez-vous » tient-il de place en vos actes ? Je vois ceux d’entre vous sombrer dans l’exil intérieur ou extérieur, et je fais mien ce programme : jeunes du Liban, ne vous enfermez point dans le repli, et ne vous laissez pas tenter par le fanatisme ou la violence ! Faites entendre votre voix : « Indignez-vous ! ».

Paroles de Présidents, mon second livre de chevet ! En voici une autre conviction pour aller de l’avant : « Changer la vie ? On ne la changera pas (…) si chacun d’entre nous, à lui tout seul, n’est pas d’abord responsable de lui-même et ne se veut responsable des autres. »

Contradictoire, un Président qui appelle à l’indignation ? Point. Premier des citoyens et citoyen du monde, un Chef d’État se doit d’avoir comme motif de base l’indignation contre tout ce qui menace le courant de la vie. Il y va de sa raison d’être, de sa responsabilité et de son respect des droits. Sa Parole doit trancher.

« La lecture pour s’imposer », dois-je insister ? Sa nécessité est libanaise : s’imposer en fleuves puisant à la même source pour atteindre les rivages humains, unis dans leurs diversités, jusqu’à l’horizon absolu qui est Dieu. 

Compatriotes du Liban et du monde, indignés, imposez-vous ! Votre souffle écrira la nouvelle Déclaration des droits, « (…) vous êtes les fils de la vie ! »
 
 
© D.R.
 
2019-12 / NUMÉRO 162