FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-11 / NUMÉRO 149   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Portrait
Mahdi Amel, Gramsci du monde arabe
L’ouvrage d’Evelyne Hamdan, L’Homme aux sandales de feu, est un éloge à l’amour, à la vie, à la liberté, à la pensée, à l’engagement politique et aux luttes qu’a menées son compagnon, l’intellectuel marxiste Hassan Hamdan (Mahdi Amel) assassiné à Beyrouth un 18 mai 1987.

Par Ziad Majed
2018 - 02
L’auteure reconstitue tout au long de son texte sa propre mémoire qui est aussi l’histoire de Mahdi de 1958 à 1987. Elle restitue l’univers dense et riche qu’ils ont créé et partagé, dans son quotidien familial-social comme culturel, et dans les différents lieux et contextes qui l’ont marqué. 

Elle évoque pour expliquer le choix du titre de son livre Empédocle, Rimbaud, Kateb Yassin et Ho Chi Minh, figures parmi les nombreuses qui ont marqué Mahdi Amel « et dont les voix soufflent au cœur de sa quête, ses questions, ses aspirations ».

Tout commence à Lyon, un 13 mai 1958. C’était le jour d’une représentation de théâtre de Roger Planchon dans une banlieue populaire de la ville, mais aussi le jour du putsch des généraux Massu et Salan à Alger. Evelyne et Hassan Hamdan, amoureux du théâtre et engagés pour la cause algérienne, se croisent dans le bus numéro 7 qui traverse la ville à minuit, pour ne plus se quitter jusqu’au maudit jour beyrouthin, 29 ans et 5 jours plus tard. Leur parcours les mène en Algérie en 1963, puis au Liban en 1968. Ils savourent ensemble la littérature, les arts, la gastronomie, et la musique. Ils parcourent les rues, les ponts de Lyon et de Constantine, et il lui fait découvrir Beyrouth, le sud du pays et sa côte méditerranéenne, avant que la guerre ne le frappe de plein fouet en 1975, transformant les espoirs de changement politique en cauchemars confessionnels. 

Professeur universitaire dévoué à ses étudiants, écrivain, militant (puis membre du comité central) du parti communiste libanais, poète (il a publié deux recueils), père, époux et ami, Mahdi Amel vit intensément ses années beyrouthines. Ses écrits et ses conférences le consacrent à la fin des années 1970, comme l’un des intellectuels de gauche les plus influents au Liban et dans le monde arabe. Ses travaux analysant les modes de production coloniale et les rapports de classe dans la région, les échecs des bourgeoisies arabes, les déficiences du système confessionnel libanais, ou la pensée d’Ibn Khaldoun deviennent des références pour toute une génération de marxistes. Son texte à charge contre la lecture d’Edward Said de Marx dans L’Orientalisme enrichit le débat qu’a suscité le livre de l’intellectuel américano-palestinien. 

Mais la guerre se poursuit et se métamorphose au Liban (suite à l’invasion israélienne et aux interventions du régime syrien), et la violence inouïe frappe quotidiennement Beyrouth. La gauche est visée, les mouvements et partis confessionnels s’acharnent contre ses penseurs et cadres politiques.

Hussein Mroué (philosophe marxiste) est assassiné le 17 février 1987. Mahdi Amel prononce lors de ses obsèques un discours sans concessions contre ceux qu’il qualifie d’« obscurantistes ». Quelques jours plus tard, il découvre sa propre condamnation à mort publiée dans le journal Al-Ahed (journal officiel du Hezbollah). 

« Nous sommes morts. (…) Nous sommes morts assassinés. Nous sommes exterminés à l’insu de la ville », disait Lakhdar, dans Le Cadavre encerclé de Kateb Yassin. « Ici est notre rue. Pour la première fois je la sens palpiter comme la seule artère en crue où je puisse rendre l’âme sans la perdre. Je ne suis plus un corps, mais je suis une rue », continuait-il.

Le 18 mai, à Beyrouth, dans la rue d’Algérie non loin de son domicile, cinq balles fauchent la vie de Mahdi. « L’homme aux sandales de feu » s’éteint, mais son nom reste gravé dans les mémoires de ceux qui l’ont connu, aimé, lu, écouté. Ses paroles survivent à l’assassinat et son histoire est désormais immortalisée à travers l’ouvrage d’Evelyne Hamdan. Elle a, par ce travail minutieux, généreux et poignant, offert la chance à toute une génération, dont les petits-enfants de Mahdi, de le rencontrer.

 
BIBLIOGRAPHIE
 
L’Homme aux sandales de feu « Mahdi Amel » d’Evelyne Hamdan, Dar Al-Farabi, 2018, 1022 p.
 
 
 
2018-11 / NUMÉRO 149