FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-02 / NUMÉRO 140   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Beaux-Arts
Amal Traboulsi, la passion pour métier


Par Antoine Boulad
2018 - 02

Témoigner de sa vie publique contribue à fonder une République. Selon un proverbe africain, une bibliothèque brûle lorsque disparaît une vieille personne. Ce qui est vrai pour les traditions orales s’applique parfaitement à la mémoire collective. Témoigner des petites histoires de sa propre vie fonde la grande Histoire. C’est l’entreprise que vient d’achever Amal Traboulsi en publiant un magnifique ouvrage dans lequel elle raconte une vie consacrée à l’art à toute épreuve. Un pan de la vie artistique contemporaine libanaise.
Elle le raconte tout d’abord dans un entretien qu’elle accorde à son amie Georgia Makhlouf, collaboratrice de L’Orient littéraire. Sont recueillies alors les réponses à un questionnaire pertinent par lequel on apprend « comment s’est construit le lien si fort d’Amal à l’art », « quel était le paysage artistique libanais au moment où elle s’est lancée dans l’aventure de la Galerie Épreuve d’Artiste », si on « peut parler d’art libanais ». Amal Traboulsi y dresse également un bref rappel historique de l’art au Liban, donne son avis sur la critique artistique et livre des considérations sur son métier... 
Foisonnement, profusion… ces mots cognent à l’esprit lorsqu’on l’ouvre, cet ouvrage ! Des textes et des documents, des extraits d’articles et des coupures de presse, des reproductions de toiles et de photographies, des cartons d’invitation et des frises chronologiques, des témoignages dont une sorte de rubrique qui s’intitule « Giesen se souvient ». Martin Giesen, artiste et professeur allemand, est le professeur d’art d’Amal Traboulsi à l’AUB. C’est avec lui que l’aventure d’Épreuve d’Artiste allait s’engager. Grâce à une mise en forme fine et épurée, signée May Ghaibeh, tout cet enchevêtrement de matériaux documentaires vit délicatement en harmonie !

Plus de trois décades dans un journal de bord ! Depuis la fondation en 1979 jusqu’en 2006, 217 événements d’art dans les couloirs de la guerre, que la galeriste consigne page après page, faisant de cette chronique un ouvrage incontournable de l’histoire artistique contemporaine du Liban. 

« (…) sur fond de guerre », indique le sous-titre du livre ! En effet, le destin d’Épreuve d’Artiste ne se dissocie pas de celui du Liban en guerre. Des déplacements et des exils qui montrent bien les rapports difficiles de l’art et de la guerre. Problématique de fond également : l’art peut-il témoigner de manière admirable de la désolation et des destructions ? 

En prologue, Amal Traboulsi pose la question essentielle sans laquelle la culture est dénuée d’humanité et que cet ouvrage illustre : « (…) L’art devient-il caduc et inutile en ces temps macabres ou sert-il au contraire d’arme de combat épanouie ? » 

 
 BIBLIOGRAPHIE
Galerie Épreuve d’Artiste d’Amal Traboulsi, 2018, 319 p.

 
 
 
D.R.
« L’art devient-il caduc et inutile en ces temps macabres ou sert-il d’arme de combat épanouie ? »
 
2018-02 / NUMÉRO 140