FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-11 / NUMÉRO 149   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Entretien
Dominique Vidal, le refus de l’amalgame


Par Nadia Leila Aissaoui
2018 - 03

Lors de la commémoration en juillet 2017 du 75e anniversaire de la rafle du Vel’ D’hiv (la plus grande arrestation massive de juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale) à laquelle était convié pour la première fois un responsable israélien, le président français Emmanuel Macron a conclu son discours ainsi : « Cher Bibi, nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. » C’est sous forme d’essai que l’historien Dominique Vidal répond au propos du président qu’il qualifie d’erreur historique et de faute politique.

 

Votre essai est une réponse à Emmanuel Macron. Que dit sa phrase ? Et pourquoi l’a-t-il prononcée ?

 

Le discours de Macron était pertinent et constituait une explicitation de celui de Chirac en 1995 quant à la reconnaissance de la nature de la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs de France. Tout à coup, il prononce cette phrase en s’adressant sur un ton intime à son invité, bien qu’Israël n’ait strictement rien à faire dans cette histoire. Je ne m’aventurerai pas à chercher des explications quant aux motivations du président. Toutefois, une telle affirmation constitue une erreur historique totale et une faute politique aux conséquences dangereuses. Une erreur historique, car elle nie l’histoire des juifs et leur rapport au sionisme. Pour rappel, ce dernier avait pour visée de créer un État juif. Or la majorité des juifs était opposée jusqu’en 1939 à un tel projet, en Palestine ou ailleurs. Du reste, une grande partie des juifs européens qui se sont rendus illégalement en Palestine après la Deuxième Guerre mondiale, puis à partir de 1948 en Israël, l’a fait par « défaut » plutôt que par choix sioniste. Ces survivants de l’Holocauste ne pouvaient pas retourner en Pologne par exemple, ni s’exiler aux États-Unis qui depuis les années 1920 n’accordaient plus de visas. Même chose concernant les juifs arabes qui sont arrivés plus tard en Israël, et qui étaient soit chassés par les gouvernements arabes, soit importés par les responsables israéliens en quête de main-d’œuvre et de chair à canon. Quant à ceux provenant de l’Union soviétique, ils envisageaient de transiter par Israël pour se rendre en Occident. Ils furent piégés car Isaac Shamir, Premier ministre de l’époque, avait conclu des accords avec les Occidentaux pour ne pas leur accorder de visas… Au final, nous avons aujourd’hui 15 millions de juifs dans le monde, dont un peu plus de 6 millions en Israël. Faut-il donc considérer ceux qui n’ont pas désiré s’installer en Palestine à partir de 1897 à l’appel des sionistes, ou qui critiquent les gouvernements israéliens, comme des antisémites car antisionistes ou peu concernés par cette idéologie ? Concernant la dimension politique, il s’agit d’une faute qui ouvre la porte à une dérive liberticide en France. Le président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) appelle de ses vœux une loi criminalisant l’antisionisme. Cela risque de créer un délit d’opinion sans précédent depuis la guerre d’Algérie, et qui est en contradiction avec la constitution de la Ve République, la Déclaration des droits humains et les conventions européennes concernées.

 

Y-a-t-il un risque de voir voter une telle loi ?

 

Je ne le pense pas. Ni le président, ni le gouvernement, ni le Parlement n’auraient intérêt à prendre une telle décision. De toute façon, le Conseil constitutionnel ne la laisserait pas passer. Dans notre pays, les lois protègent la liberté de parole, sauf concernant les propos racistes, antisémites et négationnistes des génocides et des crimes contre l’humanité. Il faut aussi rappeler que, contrairement à ce que répand la propagande israélienne et celle du CRIF, il n’existe aucune loi en France criminalisant le boycott d’Israël tel que proposé par la campagne « Boycott Désinvestissement Sanctions » (BDS). À mon sens, tout ceci participe de campagnes d’intimidation. C’est un chantage destiné à faire taire toute critique contre Israël. Le danger de cette situation c’est la confusion entretenue, qui peut nourrir l’antisémitisme, notamment en faisant croire que les lobbys juifs ont une main sur la politique française.

 

Certains évoquent une montée de l’antisémitisme en France. Quelle est la situation actuellement ?

Il est clair, chiffres à l’appui, que l’antisémitisme en France a nettement reculé après la Deuxième Guerre mondiale. Cela ne signifie pas que les préjugés antisémites n’ont pas la dent dure, ni qu’il n’y a pas d’antisémitisme parmi les populations musulmanes. Mais ce n’est pas la caractéristique qui définit la France ou ses populations issues de l’immigration. Les statistiques montrent que 89% des Français trouvent que les juifs sont des Français comme des autres, soit une proportion supérieure de 8 points observée pour les musulmans et de 30 points pour les roms. Par ailleurs, concernant les actes de violence antijuives, nous en avons observé une poussé au début des années 2000 (en écho à ce qui se passait en Palestine lors de la seconde intifada). Depuis, un recul net a été enregistré. Les actes anti-arabes ou antimusulmans qui avaient à leur tour connu une poussée en 2015 (suite aux attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan et de l’Hyper Cacher) ont également régressé. Ce qui a changé, en revanche, c’est que les actes anti-juifs sont devenus plus violents. Pour la première fois depuis 1945, des personnes ont été tuées parce que juives.

 

Parlons de la Palestine. Comment comprendre les paradoxes entre les développements sur le terrain aujourd’hui et la passivité des capitales internationales ?

 

Je crois que les dirigeants occidentaux ne mesurent pas assez la gravité des politiques israéliennes. Netanyahou a formé après les élections de 2015 une coalition avec l’extrême droite. Elle a voté, entre autres, une loi qui légalise l’annexion de terres palestiniennes privées (les non-privées étant déjà annexables ou annexées). On passe donc de la colonisation des territoires occupés en 1967 à l’annexion. Si nous ajoutons à cela la décision du président américain Trump concernant Jérusalem, nous nous trouvons devant un processus qui rend caduque la solution des deux États. Reste celle d’un apartheid assumé dont les architectes affichent le refus d’octroyer aux Palestiniens des droits politiques, notamment celui du vote. Paradoxalement, il y a un grand écart entre cette situation désastreuse sur le terrain et la reconnaissance internationale de la Palestine. Il faut rappeler qu’au cours des dernières années, elle a été reconnue par les Nations-unies, a adhéré à l’UNESCO et à la Cours pénale. De plus, les votes de routine à l’assemblée générale de l’ONU sur le droit à l’auto-détermination, montrent l’isolement d’Israël et des États-Unis. Le dernier vote a été de 176 voix contre 6 (dont Israël, les USA, le Canada et les îles Marshall).

 

D’où la quête du gouvernement israélien de nouveaux alliés, y compris l’extrême droite européenne ?

 

Je pense que ce gouvernement est prêt à tout pour sortir de l’isolement cité. Il accélère la colonisation, criminalise là où c’est possible les critiques à son égard et tente des alliances avec des personnalités comme Orban en Hongrie qui fait l’éloge de figures fascistes, des négationnistes tels que Morawiecki en Pologne et des formations d’extrême droite en Autriche et aux Pays-Bas. Évidemment que la haine commune des musulmans les rapproche, mais c’est surtout la peur de l’isolement et la quête de relais en Europe qui motive cette démarche. Il faut ajouter que ce « flirt » rappelle certaines expériences historiques du sionisme, en Russie (en début du siècle dernier), en Allemagne ou en Italie (dans les années 1930), où des représentants du mouvement sioniste et parfois de son aile droite avaient tenté des accords avec les autorités fascistes, nazis et antisémites pour faciliter l’immigration de juifs d’Allemagne ou de Russie vers la Palestine.

 

Une conclusion ?

 

Je dirais que seule une intervention/pression massive de la communauté mondiale serait susceptible d’ouvrir un chemin vers la paix en Palestine et, à long terme, dans le Moyen-Orient, permettant d’assécher le terreau du terrorisme et des nouvelles formes d’antisémitisme en Occident. 

 
 
© Patrick Nussbaum
 
BIBLIOGRAPHIE
Antisionisme = Antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron de Dominique Vidal, Libertalia, 2018, 128 p.
 
2018-11 / NUMÉRO 149