FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Kellon yaani kellon*


2020 - 02
Vous n’en croyez pas vos yeux ! Vous devez avoir la berlue ! Cette femme échevelée, habillée d’un jogging grisâtre informe, brandissant un drapeau et hurlant à pleins poumons devant les tentes du centre-ville « kellon yaani kellon », est-ce bien votre voisine, ladite Mimo ?

Hier encore, à la sobhiyé rituelle du mardi, elle s’enorgueillissait de la présence au mariage, pardon au « grand mariage » de Lello, son fils aîné chéri, de pas moins de six députés et deux ministres ! Et que je te raconte comment le ministre de son patelin l’avait chaleureusement serrée dans ses bras – comme un frère je vous jure ! – (hum, hum, Mimo, quoique écervelée, est une très jolie femme, sexy et tout et tout) et comment la femme du ministre, une snobinarde finie, l’avait tout de même félicitée pour l’organisation impeccable et la « classe » du dîner qui avait suivi.

Et je ne vous parle pas des funérailles somptueuses du mari de Soussou – un homme d’affaires opulent au passé trouble – agrémentées de la présence décorative de plusieurs politiciens affairistes. Après nous avoir bassiné les tempes avec ces « relations en haut lieu » (ce qui lui avait permis de rogner sur le règlement des dépenses communes de l’immeuble), la voilà qui accompagne Mimo à toutes les manifs, s’emploie à confectionner des repas chauds aux vieux de la place et fustige « tous, mais alors tous les hommes politiques » !

La voisine du dessous, elle, se terre dans son coin. C’est qu’une semaine tout juste avant la thawra, elle venait de nous narrer, avec moult détails croustillants et tasses de café brûlantes, la légalisation sans frais, par un parent député, de son balcon vitré construit en violation flagrante des lois de la copropriété.

Vous prévoyez tristement, pour les années à venir, des mariages ternes sans « personnalités » débarquant en limousines rutilantes avec chauffeurs obséquieux et bodyguards belliqueux, des invitations mornes sans hommes politiques vous contant fleurette grâce à des potins ultra secrets et des condoléances pour le coup vraiment funèbres sans aucun député ! 

Kellon yaani kellon. La fête est finie.
 
* Tous, cela veut dire tous.
 
 
AFP
 
2020-02 / NUMÉRO 164