FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-05 / NUMÉRO 131   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Une mamie confiture ?


2017 - 03
Votre adorable belle-mère, une sainte femme, que Dieu ait son âme, savait vraiment tout faire : nettoyer les tapis persans avec une mixture mystérieuse à base de racine de halva, frotter les lits en cuivre avec du jus de citron qui les faisait briller comme des miroirs et même ôter les vilaines taches d’encre sur les tabliers d’écoliers des enfants avec du yaourt. Depuis, on n’avait rien inventé de mieux.

Cette véritable fée du logis était aussi une fine cuisinière capable non seulement, en bonne zahliote, de faire le kebbeh le plus fin et le plus délicieux du monde, mais encore de confectionner canard à l’orange et pâté de foie en suivant les recettes gastronomiques de L’Art culinaire, un vieil ouvrage en cuir relié à l’aspect de grimoire qui trônait, en bonne place, dans sa cuisine. Célèbre pour ses aubergines confites fourrées aux noix et aux piments et pour ses confitures de figues aux amandes, cette tendre mamie alignait les bocaux magiques aux couleurs appétissantes dans la réserve secrète de sa grande maison de Zahlé.

Avec les bébés, Tante Alice était une véritable magicienne. Elle savait discerner, à partir des mouvements de leurs petits petons disait-elle, les pleurs d’angoisse des coliques pour lesquelles elle administrait son remède souverain : la décoction d’anis bouilli. Les poussées dentaires des nourrissons n’avaient pas de secrets pour elle, ni la fièvre, son ennemi intime, qu’elle combattait farouchement à coup de compresses d’eau fraîche. D’ailleurs, elle était la seule à pouvoir endormir le petit dernier, un hyper actif de naissance, au rythme volontairement monocorde de ses comptines ancestrales.

C’est elle qui avait appris aux enfants le tric trac et le jeu des sept familles et les après-midi d’hiver au retour de l’école, ils adoraient la voir tricoter sagement dans son fauteuil, un écheveau de laine sur les genoux, ses cheveux gris soigneusement coiffés par Jean, son vieux figaro, à la mode grand-mère.

Vous rêvez secrètement de lui ressembler. Hélas, avec votre vernis à ongles bleu, votre balayage blond « coup de soleil » et vos décolletés plongeants, vous êtes mal partie. Sans compter votre coach de sport, vos voyages incessants, vos dîners exclusivement « traiteur » et votre planning perpétuellement surbooké.

Vous en serez quitte pour faire un beau cadeau à bébé. Et à ses parents de préférence.
 
 
© Getty Images
 
2017-05 / NUMÉRO 131