FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-12 / NUMÉRO 150   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
General
De Gaulle : un regard lucide sur la Russie
La politique étrangère de De Gaulle a été très étudiée et les relations franco-soviétiques des décennies 1940-1960 ne sont pas un sujet « vierge » comme l’avoue l’auteure. Est-ce donc l’actualité qui justifie le nouvel ouvrage d’Hélène Carrère d’Encausse : la Russie de Poutine « s’est imposée dans le nouveau désordre mondial », « l’État, la nation, la puissance sont de retour » et les leçons du Général demeurent une « référence » ? On peut, sans appuyer totalement la conclusion, trouver dans le présent livre, amplement justifié par la connaissance de la langue et du monde russes, par les archives ouvertes, par des entretiens et conversations personnels, par le soin mis à confronter témoignages et analyses et à fournir un récit limpide et bien documenté, trouver bien du plaisir à le lire et bien des enseignements à en tirer.

Par Farès Sassine
2018 - 01
Le Général De Gaulle et la Russie, plus qu’un plaidoyer pour le grand homme politique, est un hommage à lui rendu. Il ne s’agit pas seulement de le défendre contre critiques et scepticismes touchant telle idée ou telle initiative ou une prétendue naïveté (J. Laloy, Raymond Aron, A. Fontaine, J. Lacouture…), mais d’illustrer « la justesse de ses intuitions », sa « lucidité », sa « sagacité », son dynamisme…, de montrer la cohérence de sa pensée et la victoire posthume de sa stratégie. Cette docte admiration pour le Général ne s’investit pas dans un exposé théorique, mais dans une histoire vivante de son action et de son expérience où sont articulés l’art d’insérer un élément dans la fresque globale et celui de signer des miniatures vivantes et de relater des scènes dignes d’œuvres romanesques ou théâtrales.

De Gaulle donne évidemment la prééminence aux peuples sur les idéologies, ce qui lui permet, en cette période où l’URSS est dominée par le communisme, d’y voir non la patrie du socialisme, mais la Russie éternelle « allié(e) de revers » indispensable à la sécurité de la France. Nietzsche disait qu’en politique internationale, l’ami n’est pas le voisin, mais le voisin du voisin. Pour De Gaulle, l’alliance franco-russe est « comme un impératif catégorique de la géographie, de l’expérience et du bon sens ». Mais au-delà du contrepoids indispensable à la puissance allemande, la politique d’entente avec ce pays est nécessaire pour l’équilibre du Continent et pour la place de l’Europe dans le monde.
Après une introduction brève et dense sur des siècles d’attirance et de rejet, d’alliance et de conflit entre la France et la Russie, le livre se déploie en trois chapitres : les relations De Gaulle-Staline au milieu des années 1940 ; celles avec Khrouchtchev lors du retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 et jusqu’à l’éviction du leader russe en octobre 1964 ; enfin la politique suivie avec les successeurs jusqu’au départ du Général le 28 avril 1969. Aucune de ces périodes n’est simple, toutes sont intenses d’événements et touffues de péripéties ; les contextes sont très différents. Mais la ligne directrice demeure et ne fait que se préciser et s’amplifier.
 
Les Libanais étonnés de voir les portraits de De Gaulle et Staline affichés ensemble en novembre 1943 pour faire front à la politique britannique trouveront dans le premier chapitre la clé de cet épisode. Ni la France libre, ni son chef ne sont encore confortés dans leur représentativité et les tentatives d’isolement américaines ne facilitent pas les choses. Le Général, devenu chef du GPRF en juin 1944, ne se rend à Moscou sur invitation qu’en décembre. Ses tentatives pour reconquérir le rang de la France rencontrent la mésestime de Staline pour le pays défait en 1940. L’allure des deux hommes s’oppose au détriment du dictateur, mais son cynisme et ses bouffonneries sont d’un terrible effet. Si De Gaulle obtient un certain effacement des communistes français et un siège permanent au Conseil de sécurité de la future ONU, il entérine plus sur la Pologne qu’il ne gagne sur les frontières et le statut de l’Allemagne. Le traité d’alliance et d’assistance mutuelle conclu le 10 décembre 1944 n’empêche pas son exclusion des sommets de Yalta et Potsdam (janvier et juillet 1945) décidée par les trois grands.

De retour aux affaires en mai 1958, De Gaulle trouve une situation différente : une Europe divisée en deux blocs idéologiques mais appelée à connaître la coexistence pacifique suite au XXe congrès du PCUS. L’Allemagne n’est plus dans sa vision l’éternelle menace, mais un pays avec lequel il va signer un traité d’amitié en 1963. Sa politique est double : être le plus ferme opposant à la politique soviétique durant les crises de Berlin et de Cuba malgré le boulet algérien et tout en préservant la souveraineté française dans le pacte atlantique ; chercher à varier ses interlocuteurs en appelant à « une Europe de l’Atlantique à l’Oural », seule garante de paix et de liberté, et en s’engageant avec l’URSS et ses satellites dans « une politique de détente, d’entente et de coopération ». En invitant en France Khrouchtchev, le « Moujik débonnaire » (mars 1960), pour une longue visite, De Gaulle traite avec lui d’égal à égal. 

En 1966, après la distance prise avec le commandant intégré de l’OTAN, rendue elle-même possible par le présupposé gaullien de la disparition du péril soviétique, le voyage du général en URSS (juin-juillet) est un triomphe pour la politique de détente. Face à lui, le trio formé par Brejnev-Kossyguine-Podgorny n’a pas l’aura des deux maîtres passés de la Russie, mais l’ouverture à l’Est fait école et les gouvernements allemands sont les premiers à l’imiter. 

Il est toujours heureux de lire un ouvrage où De Gaulle est souvent cité. Ce n’est pas pure nostalgie, puisque de son temps ses lecteurs et auditeurs, même russes, s’en trouvaient ravis. 
 
 
 BIBLIOGRAPHIE
Le Général De Gaulle et la Russie d’Hélène Carrère d’Encausse, Fayard, 2017, 288 p.
 

 
 
D.R.
Les Libanais étonnés de voir les portraits de De Gaulle et Staline affichés ensemble en novembre 1943 trouveront dans cet ouvrage la clé de cet épisode.
 
2018-12 / NUMÉRO 150