FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-11 / NUMÉRO 137   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Essai
L'histoire de Razan Zaitouneh


Par Ziad Majed
2017 - 09

Dans la nuit du 9 au 10 décembre 2013, Razan Zaitouneh, Samira al-Khalil, Wael Hamadeh et Nazem Hammadi sont enlevés par des miliciens (appartenant probablement à « l’Armée de l’Islam » de Zahran Allouch) à Douma, dans la Ghouta orientale de Damas. Leur disparition incarne en soi l’un des aspects les plus tragiques de la révolution syrienne : quatre militants de la première heure contre le régime Assad qui trouvent refuge dans une zone libérée, assiégée et bombardée par ses forces (aux barils explosifs et à l’arme chimique), finissent enlevés par ceux-là mêmes qui prétendent représenter la révolution.

Razan, avocate et militante des droits humains, ayant défendu pendant de longues années les victimes du régime (y compris islamistes), met en place clandestinement à Damas en juin 2011 les Comités de coordination locaux. Ce réseau civil était le plus actif dans la mobilisation et la couverture médiatique des manifestations révolutionnaires (jusqu’en juillet 2012). En avril 2013, elle s’installe à Douma, cofonde et anime cette fois le Centre de documentation des violations, pour préserver la mémoire des victimes et lutter contre l’oubli et l’impunité. 

Samira, quant à elle, avait passé 4 années et demi en prison sous Assad père pour son appartenance à un parti de gauche communiste (elle est par ailleurs la conjointe de l’intellectuel dissident Yassin al-Haj Saleh, qui a fait 16 ans de prison). Elle a rejoint Razan à Douma et a régulièrement publié via Facebook des témoignages poignants sur la vie quotidienne et la résilience des « gens ordinaires » dans la Ghouta.

Nazem, avocat et poète, codirigeait avec Razan le travail de documentation des violations, et Wael, conjoint de Razan, emprisonné à deux reprises et torturé par le régime après le début de la révolution, travaillait avec eux également, et assurait généreusement la logistique du groupe.

C’est à partir du terrible moment de l’enlèvement de Razan, Wael, Nazem et Samira, que Justine Augier s’engage à construire un long récit, retraçant l’histoire de Razan Zaitouneh. Un récit non linéaire, intelligent, riche en témoignages, qui restitue des fragments de vie de l’avocate syrienne. Elle y évoque ses traits de caractère, ses humeurs, ses projets, sa force, ses fragilités, ses contradictions, son ardeur, son acharnement, et son courage exceptionnel. Ce récit les inscrit dans leur environnement social comme politique, et présente par ce biais la « condition syrienne » et ses tourmentes telles que vécues par Razan.

Augier réussit tout au long de son texte à passer du notoire à l’intime en respectant souvent l’absence lourde de la concernée et le silence qui l’accompagne. Nous sommes en présence d’un récit qui contient les éléments d’un documentaire, mais aussi d’un roman. Les détails, les versions concordantes ou divergentes qu’Augier recueille sur les derniers jours avant l’enlèvement (de Razan) et ceux qui l’ont suivi sont dignes d’un thriller. Un polar qu’elle alimente à partir de l’ouvrage L’État de barbarie de Michel Seurat et du travail du cinéaste Omar Amiralay avec l’ancien otage au Liban Jean-Paul Kaufman. À tout cela s’ajoutent des passages de Carnets de Homs de Jonathan Littell, et de Lettres de Syrie de Joumana Maarouf qui inscrivent davantage le texte d’Augier dans son contexte politique syrien. Ce même contexte que Ali Atassi et Ziad Homsi avaient filmé dans Our Terrible Country, durant la projection duquel l’écrivaine a pu – pour la première fois – percevoir physiquement Razan. 

Les témoignages et contributions de la famille Zaitouneh (mère et sœurs), de Yassin al-Haj Saleh, et des collègues et amis proches de Razan, offrent à Augier la possibilité de faire des allers-retours captivants et émouvants entre la vie « privée » et « publique » de son héroïne. Et il serait, dans ce sens, réducteur d’occulter les très nombreux aspects personnels de l’histoire de Razan pour ne l’évoquer qu’en tant qu’incarnation d’un récit ou d’un destin syrien. Néanmoins, il est légitime de considérer sa vie comme une épopée étroitement liée à l’histoire contemporaine de son pays. Un pays malheureux, trahi, qu’elle n’a malgré tout jamais voulu quitter…

 BIBLIOGRAPHIE
De l’ardeur. Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne de Justine Augier, Actes Sud, 2017, 319 p.
 
 
 
D.R.
 
2017-11 / NUMÉRO 137