FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-11 / NUMÉRO 149   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Poésie
Une nouvelle collection prend son envol
Oser Dire, maison d’édition libano-belge, s’engage à faire subsister le poème francophone par la grâce des passions essentielles.

Par Ritta Baddoura
2018 - 11
Une nouvelle aventure poétique commence lors de cette 25e édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, celle de la collection « En vers et avec tous ». Après un premier recueil de Mireille Tavitian (Désamourée, février 2018), ce sont cinq autres recueils qui donnent à découvrir leurs climats lors de ce Salon. « En vers et avec tous » propose un éclectique et intéressant panorama de différentes générations de poètes libanais tels que Mounir Abou Debs, Nadim Bou Khalil, Antoine Boulad – également directeur de la collection –, Nada Héleiwa et Nada Sattouf.

« Là-bas derrière la montagne où les temples abritent des mémoires d’inconnus, il y a des hommes sans ombres qui font l’amour à des femmes sans noms. Ceci produit une drôle de fusion qui ne tient des sentiments que leur immatérialité. Une sorte d’union anonyme entre le ruisseau et la rivière, entre le verre et la vitre, le blanc et le blanc./ On dit même qu’ils font des enfants sans voix. »
Nadim Bou Khalil

« En vers et avec tous », collection de poésie d’expression française, est basée au Liban. Elle relève de la maison d’édition bruxelloise Oser Dire, dont le responsable libanais Ghazi Berro a une solide expérience dans l’édition arabophone et les ouvrages traduits. L’absence de soutiens publics et privés, et un lectorat de plus en plus rare, mettent à mal la publication de la poésie. Ce constat motive l’initiative de Berro qui souhaite montrer que publier de la poésie reste possible, non pas envers et contre tout, mais avec l’engagement de quelques fidèles. Il fait donc le pari de rassembler lors des séances de signatures, suffisamment d’amis et d’amoureux de la poésie, pour couvrir les frais éditoriaux et continuer à faire exister le poème francophone dans le paysage littéraire libanais et au-delà.
« Les partants me secouent, on dirait des antennes, finesse d’une pluie. Les désirs poussent androgynes entre nous. Il me fleurit des bras à plaider un retour, ce besoin de racler les draps par respect des mourants. Je prétends un portrait malgré les rides, j’appelle, on me répond. Sur la neige coupée en deux, je m’étonne schisme des langues, sans que personne n’écrive mon nom ».
Nada Sattouf

C’est au poète Antoine Boulad que Ghazi Berro confie les rênes de ce beau projet. Au sujet des motifs éditoriaux qui guident sa sélection des poètes publiés, Antoine Boulad pose que le fil rouge est celui de « privilégier l’écriture poétique sous ses multiples formes. En vers et avec tous se propose de devenir porte-voix de toutes celles et ceux pour qui les mots ont une chair vivante. Les publier, dit-il, c’est témoigner de la vitalité, de la fertilité et de l’universalité de la francophonie en terres d’Orient ».



L’acteur et le vide de Mounir Abou Debs, Oser Dire éditions, 2018.
Le court du temple de Nadim Bou Khalil, Oser Dire éditions, 2018.
Nouvelles poétiques et surannées d’Antoine Boulad, Oser Dire éditions, 2018.
Terre du désir de Nada Héleiwa, Oser Dire éditions, 2018.
Un veston sur le bras de Nada Sattouf, Oser Dire éditions, 2018.
 
 
 
2018-11 / NUMÉRO 149