FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-09 / NUMÉRO 147   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Roman
Quand Hubert Haddad déambule dans Paris


Par Edgar Davidian
2018 - 04


À soixante-et-onze ans, auteur fêté, écrivain de langue française d’origine tunisienne couvert de lauriers (Prix des cinq continents de la Francophonie et Renaudot du livre de poche pour Palestine, Prix Louis-Guilloux pour Le Peintre d’éventail et Prix Mallarmé pour La Verseuse du matin), Hubert Haddad fait la brillante conciliation du romancier, du poète, du dramaturge, de l’essayiste et de l’historien de l’art.

Facettes multiples pour une œuvre qui dépasse largement les soixante-dix opus. Facettes qui viennent converger, comme les affluents et confluents d’un grand fleuve, dans son dernier roman Casting sauvage, où la littérature fictionnelle touche, en toute éclatante gourmandise, à toutes les disciplines et à tous les horizons.

On retrouve toutes les préoccupations sociales et artistiques de l’auteur des Premières Neiges sur Pondichéry dans une histoire en somme bien simple pour ne pas dire crayeuse. L’argument est moderne mais sans grande consistance ou originalité : le casting pour un film adapté au grand écran à propos du livre La Douleur de Marguerite Duras, un livre sombre qui jette la lumière sur la déportation et les déportés à l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

Pour cela, une jeune ballerine, Damya, est missionnée pour retrouver les acteurs, qui doivent correspondre, physiquement du moins, à l’image de gens qui souffrent et qui sont marqués par les stigmates des violences, des faims, du manque, du mal-être, de la frustration. Dès lors, Damya, de son pas agile de faon gracieux et gracile, sillonne Paris, en quête de personnages de l’ombre, de la misère, de la noirceur des vies brisées, des destins cassés et contrariés. Des quartiers défavorisés, mais aussi des zones de riches, grouillant tous les deux de personnages interlopes. La surprise est toujours de taille dans ce monde bigarré et un peu à l’envers. Car la misère et la déroute ne sont pas toujours là où on les attend… Et la jeune danseuse qui s’apprête à une chorégraphie nouvelle pour une carrière de dénicheuse d’acteurs en herbe, au profil singulier, se retrouve face à des situations imprévues et à des pans de vie brusquement révélés à travers des bribes de conversations, fugaces, décousues et souvent inabouties.

Par-delà la rencontre avec un jeune homme qui lui prendra le cœur et l’obsède tout en redécouvrant Paris dans ses poux, ses morpions, ses rats, son vacarme et ses lumières, Damya frôle l’haleine à la fois des assis et des putrides, pour reprendre une terminologie rimbaldienne. D’où peut-être cette superbe exergue en début du roman d’Arthur Rimbaud: « J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse. »
Et ainsi s’égrène ce « casting » fortuit, ballet un peu impromptu et à tâtons, au hasard du regard, des silhouettes, des journées qui s’écoulent avec une foule pressée, empressée, des lieux fourmillants de citoyens emportés et bousculés par le tourbillon du quotidien. Il y a ces ratés du suicide aux poignets gardant des cicatrices, il y a Amalia, étrange créature échouée à la gare Saint Lazare, il y a ce jongleur échappé à la pellicule et l’imaginaire de Fellini. Et on n’a pas tout dit ni cité de cette galerie à ombres chinoises ahurissantes et souvent pathétiques…

Ce qui captive dans ce livre riche d’images, de descriptions, de références culturelles et artistiques c’est surtout la beauté d’une langue française aux diaprures à la dimension d’un Paris toujours à découvrir et à chérir. Dans ses moindres plis, replis, coins et reflets.

 
BIBLIOGRAPHIE 
 Casting sauvage d’Hubert Haddad, Zulma, 2018, 157 p.

 
 
 
 
 
D.R.
 
2018-09 / NUMÉRO 147