FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-11 / NUMÉRO 161   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Roman
Un étrange accident


Par Josyane Savigneau
2016 - 09
Dans son précédent et court roman, L'Autoroute (Stock, 2014), Luc Lang avait montré son art du suspense et son amour du jazz. Dans Au Commencement du septième jour, son quinzième livre depuis 1988, il fait la preuve de sa grande maîtrise d'un long récit – 540 pages –, à la fois enquête sur un étrange accident, retour sur un couple, découverte de secrets de famille, constat sur la cruauté du monde du travail. La partie la plus réussie est certainement le « Livre 2 », avec de magnifiques descriptions des Pyrénées, de la vie de berger, qui est celle du frère de Thomas, personnage principal de l'histoire.

Tout commence au petit matin, près de Paris, dans la maison où dorment Thomas, informaticien, 37 ans, et ses deux enfants, Anton et Elsa. Sa femme, Camille, travaille au Havre et revient à la maison tous les vendredis soirs. Ce vendredi, elle n'est pas rentrée. Quand le téléphone sonne, à 4 heures, c'est la gendarmerie qui appelle. Elle a eu un grave accident et se trouve dans un état critique.

Deux détails intriguent Thomas. Aucun autre véhicule n'est impliqué dans ce terrible accident. Et que faisait Camille sur une route qui n'est pas celle de son itinéraire vers Paris ? C'est de ce côté-là que Thomas va commencer une minutieuse enquête – d'abord en allant voir la voiture –, pendant que Camille se bat pour rester en vie – elle n'y parviendra pas. Bien sûr, le fait que l'accident ait eu lieu sur une route sur laquelle Camille n'aurait pas dû se trouver suscite le soupçon. D'où venait-elle ? Qui a-t-elle vu ce soir-là ? Pourquoi est-elle repartie si tard dans la nuit ?

Tout cela se double d'un retour sur leur couple. Pourquoi Camille résistait-elle à l'idée d'avoir un troisième enfant ? Son travail semblait avoir pris le pas sur tout. Thomas, lui, pensait qu'il ne fallait pas tarder, car il a neuf ans de différence avec son frère Jean, six ans avec sa sœur Pauline, ce qui les a privés d'une vraie enfance commune.

Le travail, justement. Thomas est si occupé par ses investigations, par ses enfants, auxquels il va falloir apprendre à vivre sans leur mère, que ses résultats laissent à désirer, dans un domaine où la performance est la valeur suprême. Un milieu sans pitié qui ne lui laissera pas le temps de se reprendre et lui imposera un poste inférieur à celui qu'il occupait.

Thomas sent sa vie se dissoudre, mais il ne peut pas s'abandonner. Ses deux enfants n'ont plus que lui. L'été arrive, ils sont heureux d'aller dans les Pyrénées, chez leur oncle Jean, qui a voulu rester « au pays », être berger. Ils l'aideront à s'occuper des bêtes, à préparer les fromages, ils pourront mettre à distance le deuil. Thomas décide d'aller marcher seul dans la montagne. En dépit des conseils de son frère, il n'est pas très prudent. Le moment où il risque sa vie est comme une métaphore de ce qui lui est arrivé depuis la mort de Camille : « Thomas est éparpillé, multiplié, contraint de composer avec une foule incohérente, ses muscles et ses tendons, ses os, jusqu'au diaphragme qui convulse. Rien ne semble plus attaché. Rien n'est plus relié. C'est le dérèglement organique de la terreur. »

De retour chez son frère, sain et sauf, Thomas ne retrouve pas pour autant la tranquillité. Tout se passe comme si son enquête sur l'accident de sa femme le poussait à s'interroger sur tout. Ce que Luc Lang démontre avec brio, posant toutes les questions et laissant le lecteur découvrir peu à peu les réponses. Pourquoi Jean, qui a fait des études d'agronomie, est-il demeuré berger ? Pourquoi Pauline, psychiatre, est-elle allée créer une mission de soins en Afrique ? Comment est mort exactement le père, quand Thomas était enfant ? On dit qu’« il est tombé » dans la montagne, et Jean, qui était là, n'a rien pu faire.

La fin du livre, en Afrique, avec Pauline, est peut-être un peu plus faible. Elle ne gâche pas le plaisir de lecture, malgré un certain pathos dont Luc Lang avait pris soin de se garder. Mais il lui fallait aller au bout de toutes les énigmes, donc envoyer Thomas sur les traces de sa sœur.


 
 
D.R.
Ce roman est à la fois enquête sur un étrange accident, retour sur un couple, découverte de secrets de famille, constat sur la cruauté du monde du travail.
 
BIBLIOGRAPHIE
Au Commencement du septième jour de Luc Lang, Stock, août 2016, 540 p.
 
2019-11 / NUMÉRO 161