FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-10 / NUMÉRO 160   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Roman
Son nom est Personne
Stéphane Audeguy fait d'un lion le personnage principal de son dernier roman. L'animal, né sur le continent africain et envoyé en France, croise le chemin de personnages historiques de la fin du XVIIIe siècle.

Par William Irigoyen
2016 - 08
Sénégal, 1788 : un garçon prénommé Yacine, que la variole a privé de père, vit dans la Mission d'un prêtre catholique, le père Jean, où il apprend les mathématiques et se prend d'amour pour la poésie. L'enfant à la « peau lisse et brillante » croise un jour le chemin d'un lionceau qui devient son fidèle compagnon et auquel il donne le prénom de Kena, « ce qui dans la langue de la tribu où il avait grandi signifiait : Personne ».

À partir du moment où il est domestiqué par l'Homme, l'animal qui, pendant la quasi-totalité du roman est accompagné d'un chien répondant au nom de Hercule, est balloté de main en main pour des raisons que l'on ne saurait dévoiler ici. Le premier à « hériter » de l'animal s'appelle Jean-Gabriel Pelletan de Camplong. Il est administrateur et directeur général de la compagnie du Sénégal.

« Petit homme gai au regard bon, au corps sec et d'une laideur frappante », l'auteur de Mémoires sur la colonie française du Sénégal est épris de philosophie rousseauiste. Alors que la traite des Noirs est encore en vigueur, lui rêve d'émanciper les esclaves. Mais cet esprit progressiste suscite la méfiance de certains qui lui reprochent notamment d'avoir laissé femme et enfant au pays et d'entretenir d'étranges relations avec son serviteur.

Pelletan décide un jour de renvoyer le lion à la vie sauvage. Peine perdue : « Un mois plus tard, Personne était là, sur le perron de la seule maison qu'il eût jamais connue, presque méconnaissable de saleté et de maigreur. Il portait au flanc une blessure profonde. » Incapable de se débarrasser de l'animal, il décide d'envoyer le roi de la jungle à un célèbre naturaliste français qui occupe également les fonctions d'administrateur du Jardin des Plantes à Paris.

Nouvelle déconvenue : Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon « lassé des intrigues de ses confrères parisiens obnubilés par les gratifications, les sinécures et les honneurs, venait malheureusement de se retirer sur ses terres de Montbard, entre Auxerre et Dijon. Il prit cependant la peine de rediriger obligeamment la requête de Pelletan vers son successeur au Jardin Royal de Paris ; lequel répondit aussitôt que l'idée de lui fournir un lion était excellente ».

Le fauve et le chien traversent alors les mers et rejoignent la France au terme d'un voyage qui les affaiblit. « Pour Hercule et pour Personne, le choc fut terrible. Ils toussèrent et crachèrent tout ce froid humide et intense qui leur piquait la truffe et leur raclait l'intérieur des poumons. » C'est alors au tour d'un dénommé Jean Dubois de veiller à ce duo qu'il va tenter de faire entrer à la ménagerie du roi Louis XVI. 

Mais la France d'alors a bien d'autres problèmes en tête. En 1789 c'est la prise de la Bastille. Dans les années qui suivent, les révolutionnaires veulent absolument éradiquer les traces de l'Ancien Régime : « Une section locale des jacobins se mit en tête d'envahir la Ménagerie, d'en briser les clôtures, sans qu'on sache très bien s'il s'agissait de libérer des malheureuses bêtes victimes de l'arbitraire royal. »

L'espoir de trouver un véritable abri où Personne et Hercule pourraient enfin prendre place se fait jour quand le botaniste Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre ‒ dont on rappellera qu'il fut aussi l'auteur du célèbre Paul et Virginie est nommé en juillet 1792 intendant du Jardin Royal. Un an plus tard, son poste est supprimé à la Ménagerie. Qu'advient-il alors du personnage principal ? La réponse à cette question se trouve évidemment dans ce petit bijou littéraire dont on peut sans emphase prétendre ici qu'il consolide la place centrale de son auteur dans l'univers littéraire hexagonal.


 
 
© Hermance Triaysite
 
BIBLIOGRAPHIE
Histoire du lion Personne de Stéphane Audeguy, Seuil, 18 août 2016, 224 p.
 
2019-10 / NUMÉRO 160