FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2014-11 / NUMÉRO 101   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Roman
Sanglante note de bas de page


Par Zeina BASSIL
2011 - 09
Vous êtes invités à retourner dans le temps. En 1956 très précisément, à Gaza. Votre guide sera Joe Sacco, journaliste et auteur de bande dessinée américain originaire de Malte. Il va dérouler le fil d’un enchaînement dramatique que l’histoire a relégué dans quelque rayon poussiéreux des archives du temps afin d’éclairer les tombeaux de la mémoire collective palestinienne. Dans les creux sinusoïdaux des visages de ses témoins qu’il interroge ainsi que dans leurs regards éteints, il cherche la réponse à une question : que s’est-il passé exactement à Gaza en 1956 ?

La curiosité pour cette date particulière est nourrie par le texte de Naom Chomsky, The Fateful Triangle, dans lequel sont évoqués des incidents qui eurent lieu à Gaza lors de la crise de Suez en 1956. Envoyé en Palestine par Harper’s Magazine, Sacco profite de sa présence à Khan Younes pour plonger dans le passé trouble des lieux. Il revient en 2003 à Gaza où la suite des événements de l’automne 1956 l’emmène à Rafah. Footnotes in Gaza est donc le résultat de ces deux reportages, une première partie à Khan Younes, puis une seconde plus longue partie à Rafah. Enterré profondément dans les archives, un sanglant incident eut lieu à Rafah, ville à la pointe sud de la bande de Gaza en 1956 où 111 Palestiniens sont tués. Massacre ou morbide erreur de l’armée israélienne ?

Pour Sacco, la difficulté de l’exercice n’est pas de trouver des personnes qui ont assisté aux événements, mais d’inciter ces témoins à se concentrer sur le sujet. Alors que les incidents à Gaza se perpétuent, les habitants de cette région surpeuplée n’ont pas de recul vis-à-vis des événements, ce qui rend la tâche ardue au chercheur. « Les événements sont continus », dirait un des témoins, et certains lui reprochent d’ailleurs de retourner en 1956 alors que la situation actuelle n’est pas meilleure. Le résultat de ce travail met en commun des histoires orales, des souvenirs et surtout une attitude de reportage évidente. Joe Sacco est lui-même présent dans l’histoire et rapporte ses déplacements, ses réflexions et ses impressions. Il ne manque pas d’évoquer son exaspération aux barrages qui durent des heures ou son enthousiasme pour les gâteaux au miel locaux. Dans cette histoire que l’auteur qualifie de « sombre », Joe Sacco choisit de cacher ses yeux par des lunettes. D’après lui, cela aide le lecteur à se sentir à sa place et à se transposer dans le moment de l’action. Il ne cherche pas à rendre son personnage tragique. L’histoire n’est pas à propos de ses pérégrinations dans cette ville, mais à propos des habitants. Il décide de souligner leurs sentiments plutôt que les siens.

La réalisation de cette œuvre a duré quatre ans. L’auteur avoue ne pas avoir suivi un story board préparé à l’avance et n’a pas de croquis comme référence. Sacco dessine directement avec son crayon. Toutes les images sont faites à la main. Il est donc obligé de reprendre l’image à chaque accident de dessin. Vu la perfection du trait et la quantité de lignes graphiques dans ses images, son travail rappelle la méticulosité de Chris Ware, certaines planches claustrophobiques de David B. et surtout les compositions graphiques américaines des comics, comme celles d’Art Spiegelman qui est d’ailleurs une de ses références avec l’artiste flamand Breugel et le journaliste et écrivain anglais George Orwell, ce qui n’est pas tout à fait inattendu.

Les ouvrages de Sacco ont été primés à plusieurs reprises. Ainsi, Palestine a reçu l’American Book Award, tandis que Safe Area Gorazde, qui retrace la guerre en Bosnie, et suite auquel Sacco fut nommé héritier d’Art Spiegelman par nombres de critiques, a obtenu le Eisner Award pour le roman graphique le plus original en 2001. Footnotes in Gaza a remporté le Fauve d’Angoulême, prix Regard sur le monde 2011, et a figuré parmi les finalistes du Los Angeles Times Book Prize. Après un moment de répit qu’il déclare essentiel pour son équilibre mental, retournera-t-il à Gaza ou couvrira-t-il d’autres villes déchirées par les guerres, d’autres peuples, d’autres mystères, d’autres notes de bas de page de l’histoire de l’humanité ?

 
 
Dans les creux sinusoïdaux des visages de ses témoins, Sacco cherche à savoir ce qui s’est passé exactement à Gaza en 1956
 
BIBLIOGRAPHIE
Footnotes in Gaza - En français : Gaza 1956 en marge de l’histoire de Joe Sacco, illustration en noir et blanc, Metropolitan Books, 2010, 432 p, en français Futuropolis.
 
2014-11 / NUMÉRO 101