FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-08 / NUMÉRO 146   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Poème d’ici
Ma femme est confessionnelle
Mazin Mamoory est un poète irakien originaire de la province de Babil. Détenteur d’un doctorat en Beaux-arts (Fine Arts) de l’Université de Babylone, il fait partie d’un collectif de poètes actifs en matière de lecture-performances filmées dans des lieux tels que cimetières de voitures piégées, champs de mines, fosses communes. Depuis son premier recueil de poésie, Absolute Love en 2011, Mamoory a publié quatre autres ouvrages dont le dernier vient d’être traduit en français (Cadavre dans une maison obscure, Lanskine, 2018). Mamoory a été récompensé pour sa créativité en Irak en 2010.

Par Mazin Mamoory
2018 - 06
Ma femme est confessionnelle
 
Pour prouver qu’elle est chiite, ma femme accroche une bannière verte au-dessus de la porte de la maison
Moi je me rase la barbe et porte des vêtements de jeune afin de signifier ma laïcité
Le sunnite se rase la moustache et laisse pousser sa barbe, comme le chiite
Ils s’habillent en noir et s’entretuent

La guerre n’aura pas de fin

Les signes de reconnaissance se renouvellent
Mais ne cessent d’écrire la haine du blanc
Toutes les belles choses sont blanches
Toutes les choses hideuses sont noires

Je me suis mis à colorer les choses en commençant par les meubles et parfois je verse volontiers des couleurs sur ce qui est blanc ou noir
Mais souvent ma femme les essuie avec un chiffon blanc ou noir pour m’assurer qu’elle est différente de moi
Et me dit : tu es un homme de couleur et un jour je te laverai

Dans le quartier chiite, tu es chiite avec une identité chiite.
Dans le quartier sunnite, tu es sunnite avec une identité sunnite.
Et tous s’envoient des grenades
Comme ils s’envoient les enfants dans des sacs en grosse toile, pour l’amour de Dieu (…).

Traduit de l’arabe (Irak) par Antoine Jockey.
 
 
D.R.
 
2018-08 / NUMÉRO 146